Bureau de la CENI au ministère de l'Intérieur

Le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires coutumières, Daniel Aselo Okito a présidé, le mardi 14 février 2023, la deuxième réunion du Comité de pilotage pour la sécurisation du processus électoral.

Le 1er vice-Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Bienvenu Ilanga Lembow, a pris une part active à cette rencontre qui résultait de l’audience accordée vendredi 10 février 2023 par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde au Président de la CENI, Denis Kadima Kazadi, à laquelle prenaient part également le vice-Premier ministre Daniel Aselo et le ministre de la Défense, Gilbert Kabanda.

Les représentants des ministères directement concernés par la question, Intérieur, Finances et Budget, ainsi que le Commissaire général de la Police nationale congolaise, le général Dieudonné Amuli ainsi que les officiers supérieurs de l’armée ont pris part à ladite réunion. Le déploiement du personnel et du matériel de la CENI dans la dernière aire opérationnelle 3 a été examinée en vue de lever les options qui conviennent.

Chacun d’eux a donné sa matière

Daniel Aselo Okito a relevé que l’armée va appuyer la police dans cette démarche pour mener à bien cette opération de sécurisation du processus électoral dans cette zone opérationnelle en proie à l’insécurité dans certains territoires. Il a également évoqué la situation des déplacés internes.

Le général Dieudonné Amuli quant lui, a dressé la cartographie de la situation sécuritaire dans cette partie de la République en donnant quelques détails sur l’arrivée du matériel de la CENI dans cette zone.

Pour sa part, le 1er vice-Président de la CENI, accompagné du Directeur de cabinet adjoint, Dav Banza, du Secrétaire Exécutif National, Thotho Mabiku Totokani et du Directeur des opérations, Joseph Nsenga, a donné un aperçu de l’évolution de l’opération d’identification et d’enrôlement dans les deux aires opérationnelles, avant d’envisager mettre le cap, selon le calendrier, dans l’aire 3 au cours de ce mois de février, prenant également en compte, le Canada et les États-Unis, où vivent les Congolais.

Lire :  CENI : La publication de la liste des candidats retenus à la RFE reportée

Déploiement du matériel et du personnel

« Nous nous sommes ici dans le cadre du Comité de pilotage pour la sécurisation du processus électoral. C’est le cadre officiel qui permet à tous les partenaires qui ont en charge de la sécurité du territoire national d’échanger avec la CENI, pour accompagner le processus électoral. Comme tout le monde le sait, il subsiste quelques endroits à problèmes où la CENI ne peut pas accéder assez facilement pour le déploiement aussi bien du matériel que de son personnel. Il est donc tout à fait indiqué que la CENI vienne vers le gouvernement qui a l’apanage de cette question sécuritaire pour se rassurer que les opérations puissent bien être organisées en ces lieux-là. Ce qui, à l’évidence, nous a conduits au ministère de l’Intérieur », a souligné le 1er Vice-Président Bienvenu Ilanga Lembow.

Il faut Sacrifier un peu le processus à la place des humains

Pour le VPM Aselo, la question sécuritaire préoccupe l’ensemble du gouvernement et même le chef de l’Etat est en train de se déployer chaque jour pour que la situation sécuritaire dans cette aire opérationnelle puisse sensiblement changer. La CENI s’est fait également ce même souci. Celle de savoir dans quelle mesure elle peut lancer l’opération d’enrôlement des électeurs dans l’aire opérationnelle 3.

« Il y a des aspects qui ne sont réservés qu’aux forces de sécurité et défense et cela ne sert à rien d’en donner davantage des détails ici. Mais la question est bel et bien étudiée à ce niveau. La CENI aura des orientations pour qu’elle voie dans quelle localité elle ne peut pas peut-être mettre les pieds présentement pour préserver la vie des humains. Car dans cette partie du pays il y a des localités de la République occupées par le Rwanda à travers le M23. Nous n’allons pas sacrifier les humains s’il faut sacrifier un peu le processus, cela se fera mais la priorité, c’est de voir comment avoir la maîtrise de la gestion de l’étendue du territoire national pour que tous les Congolais puissent participer à ce processus », a conclu le Vice-Premier ministre. Lire aussi: Nord-Kivu : les mouvements citoyens exigent la paix avant tout processus d’enrôlement

Lire :  Le chef d'antenne de la CENI du territoire de Beni révoqué

Gel Boumbe