Le Pape François accueilli à Kinshasa RDC

Le Pape François est arrivé à Kinshasa en République démocratique du Congo, ce mardi 31 janvier. L’Airbus A350 d’ITA Airways a atterri à N’djili international à 14h 30 minutes après près de 6h50 minutes de vol. Le souverain pontife a été accueilli au pied de l’avion par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde et Mgr Ettore Balestrero.

Avant son départ pour Kinshasa, l’évêque de Rome avait rencontré une dizaine de migrants congolais et Sud-Soudanais.

Notons aussi que le Pape François a également rendu hommage aux 13 aviateurs italiens tués à Kindu le 11 novembre 1961. Ce voyage du pape François en RDC est 40e voyage apostolique « œcuménique de paix » du souverain pontife.

Le pape accueilli à l’aéroport international de Ndjili par le Premier ministre Sama Lukonde

« Mon vœu le plus ardent est que cette visite du Saint Père soit le signe annonciateur d’une année 2023, charnière entre deux législatures, pleine de succès tant dans l’organisation des prochaines élections que nous voulons transparentes, crédibles et inclusives, que dans la promotion de la coopération fructueuse entre la RDC et ses partenaires extérieurs », avait déclaré le chef de l’Etat congolais la veille de l’arrivée du Pape.

Après 25 kilomètres en papamobile, le souverain pontife sera reçu au Palais de la Nation par Félix Tshisekedi. Après un huis clos entre les deux hommes, ils prononceront chacun un discours devant un millier de personnes dont les religieux, les autorités et le corps diplomatique.

Voici par ailleurs l’agenda du Pape pour la journée de mardi 31 janvier : 15h accueil officiel à l’aéroport international de Kinshasa ; 16h30 cérémonie de bienvenue au Palais de la nation à Kinshasa ; 16h30 rencontre du Pape avec les autorités, la société civile et le corps diplomatique en République démocratique du Congo, au jardin du Palais de la nation à Kinshasa. Lire aussi: Le gouvernement congolais met les bouchées double pour accueillir le Pape François à Kinshasa

Lire :  Tempête à la CENI : La suspension du SEN Totokani par Denis Kadima sans le quitus de la plénière entraîne une levée des boucliers à travers le pays