Manifestation contre la force régionale de l'EAC à Goma

Une manifestation contre la force régionale de l’EAC déployée dans l’est de la République démocratique du Congo a été violemment dispersée et des journalistes ciblés par la police mercredi à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu.

Une centaine de manifestants, répondant à l’appel de mouvements citoyens, s’étaient rassemblés près d’un rond-point pour protester contre la présence de cette force de l’EAC (East African Community) qu’ils jugent inefficace.

En effet, plusieurs milliers de soldats du Kenya et du Burundi ont été récemment déployés en renfort de l’armée congolaise et des Nations-Unies pour lutter contre les groupes armés dans l’est de la RDC. 750 militaires Sud-Soudanais sont également attendus prochainement.

Troupes kényanes de l'EAC à Goma
Troupes kényanes de l’EAC à Goma

La population est fatiguée de voir cette force inutiles

« La population est fatiguée de voir cette force inutile de l’EAC se transformer en une mission d’observation qui regarde comment on nous massacre », a déclaré Espoir Mwinuka, un militant de la Lucha (Lutte pour le changement), un mouvement citoyen qui regroupe des jeunes activistes, co-organisateur de la marche.

« Sur le terrain, ils ne font rien à part servir de bouclier à l’ennemi, donc cette force n’a pas sa raison d’être chez nous », a ajouté Josue Wallay, un autre militant de la Lucha, présent dans le cortège.

Ces dernières semaines, on pouvait entendre dans Goma des insultes lancées par des habitants au passage de véhicules des troupes kényanes de l’EAC. La frustration monte après que les militaires kényans ont organisé des cérémonies de retrait des rebelles du groupe M23, et de reprise de contrôle par l’EAC, dans deux localités au nord de Goma, fin décembre et début janvier.

Lire :  Démarrage du forum sur le développement de la Grande Orientale à Kisangani

Ce retrait a été dénoncé comme « un leurre » par l’armée congolaise et contredit par des témoignages affirmant que le M23 occupe toujours des positions d’où il était censé se retirer.

Grenades lacrymogènes, journalistes malmenés

A l’arrivée dans le centre-ville de Goma, la marche de protestation a été stoppée par des grenades lacrymogènes tirées par la police au milieu des manifestants.

Des journalistes malmenés à Goma par la police

Les journalistes ont été menacés par la police et un agent a lancé en direction du groupe de reporters une grenade lacrymogène qui a atteint un correspondant de l’AFP à la tête. Un journaliste s’est blessé en s’enfuyant. Deux autres ont été interpellés avec six manifestants et relâchés après trois heures de garde à vue.

La rébellion majoritairement tutsi du M23 a repris les armes fin 2021. Le Rwanda est accusé de soutenir et équiper en partie ses combattants, qui se sont emparés de vastes pans du territoire de Rutshuru, au nord de Goma.

Depuis fin octobre et malgré des déclarations de cessez-le-feu et de retraits de ses troupes, le M23 continue d’affronter l’armée congolaise et des groupes armés. Lire aussi: Les sociétés civiles du Nord et Sud-Kivu annoncent des manifestations contre l’attitude du gouvernement et de l’EAC face au M23

Avec AFP