combattants du M23

Le M23 se retire-t-il réellement de certaines localités du territoire de Rutshuru dans le Nord-Kivu ? On a peine à le croire, tant le groupe terroriste rwandais est passé maître dans l’art du leurre. Cependant, selon certaines sources, des mouvements de retrait des combattants de cette force négative sont observés depuis le soir du dimanche 15 janvier, dans plusieurs agglomérations du territoire de Rutshuru. Ce retrait autait commencé dans la partie Est de Kiwanja et s’est poursuivi ce lundi 16 janvier, témoignent plusieurs habitants à Kiwanja.

Plusieurs sources estiment que ce retrait se fait en exécution de la feuille de route des recommandations issues de Luanda. Celles-ci accordaient jusqu’au 15 janvier, date limite du retrait du M23 des zones occupées dans le Rutshuru et Nyiragongo, afin de se replier de leurs positions initiales de Sabinyo et Chanzu. 

Ces rebelles se désengagent des zones telles que Nyamilima, Buramba et Kisharo.

Un leurre de plus?

« Ce sont des colonnes d’hommes munis de leurs munitions et des colis sur la tête, qui sont observées dans la cité de Kiwanja et Rutshuru-Centre. Ils prennent, les uns, la direction Sud de Rutshuru c’est-à-dire, ils se dirigent vers Burayi, 2 km de Rutshuru et Rubare, où on observe une forte concentration de leur présence. Alors que d’autres se dirigent vers Kahunga sur l’axe nord Kiwanja–Kanyabayonga », a précisé la société civile locale. 

Les habitants dans cette région ainsi que la société civile restent néanmoins sceptiques quant à ce retrait.  Ils parlent « de mouvements de distraction sans doute, pour tromper l’opinion, étant donné que la date de l’ultimatum leur lancé a expiré le 15 janvier ». 

Lire :  Parc National des Virunga : Les autochtones de Nzulo accusent l’ICCN de mauvaise interprétation du jugement de la Cour d’appel de Kalemie

Certaines sources renseignent que ces terroristes se retirent de la chefferie de Bwisha et renforcent leurs positions dans deux groupements de la chefferie de Bwito : Bishusha et Tongo notamment.

Les mêmes sources affirment que c’est à Bwiza précisément, leur quartier général, que ces hommes se sont renforcés. Lire aussi: La MONUSCO veut que le M23 se retire sans condition de toutes les positions qu’il occupe d’ici le 15 janvier