Cérémonie de retrait du M23 de Kibumba

Le M23 a officiellement transféré le contrôle de Kibumba à la force régionale de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est (EAC). La cérémonie a eu lieu ce vendredi en présence du général-major kenyan Jeff Nyangah, commandant de cette force régionale.

Dans son allocution le colonel auto-proclamé Nzenze Amani du M23 a souligné avoir remis cet espace exclusivement entre les mains de la force de l’EAC.

« Ce geste de bonne volonté fait au nom de la paix, s’inscrit parmi les recommandations issues du Mini-Sommet des Chefs d’Etat tenu à Luanda, en Angola le 23 Novembre 2022. Nous espérons que le Gouvernement de Kinshasa saisira cette opportunité avec deux mains et travaillera également pour instaurer la paix dans notre pays », dit le mouvement dans un communiqué.

Le M23 justifie cette décision par les conclusions des réunions tenues à Kibumba le 12 et 22 Décembre 2022, entre le M23 et la force régionale et le Mécanisme Ad hoc de Vérification.

La décision intervient quelques heures après la divulgation d’un nouveau rapport des experts des Nations-Unies qui accuse l’armée rwandaise d’avoir mené des opérations militaires dans l’est de la République démocratique du Congo, et d’avoir fourni « des armes, des munitions et des uniformes » au M23.

Le M23 met en garde contre l’occupation de Kibumba par d’autres groupes autres que ceux de la force régionale de l’EAC

Véhicules des éléments du M23

Le Colonel John Amani Nzenze de ce mouvement a répondu aux questions des journalistes pendant la cérémonie de passation avec la force de la communauté des Etats de l’Afrique de l’Est.

Lire :  Berlanga Martinez Nicolás, nouvel ambassadeur de l'Union européenne en RDC a présenté ses lettres de créance

Vous venez de remettre cet espace entre les mains de la force de l’EAC, pourquoi ?

Nous sommes pour la paix. Nous voulons que la paix revienne et nous appuyons l’initiative des responsables et nous espérons que la paix sera de retour dans la zone.

Vous ne céderez que Kibumba ou d’autres espaces aussi ?

Le processus a commencé et nous espérons qu’il va continuer.

Les FARDC suivent ce qui s’est passé à Rutshuru, à Kishishe…

Même moi, je ne sais pas. C’est vrai que s’ils nous attaquent nous n’allons pas croiser les bras. Nous allons répondre.

Il vous est demandé de rentrer dans vos positions initiales.

Que les gens arrêtent avec la confusion et la propagande. Le processus a commencé aujourd’hui. On va voir comment cela va se passer.

Vous avez dit que si les FARDC occupent ce lieu vous allez revenir ici ?

Nous remettons l’espace entre les mains de la force régionale de l’EAC. Si d’autres groupes pénètrent ici, nous allons trouver un remède à cela.

Maintenant, vous allez où ?

Nous avons commencé le processus et nous évoluons. Lire aussi: Paris condamne le soutien du Rwanda au M23 et encourage la mise en œuvre des processus de Luanda et Nairobi