Vidiye Tshimanga, conseiller de Félix Tshisekedi

Ouvert ce lundi 14 novembre au Tribunal de paix de Kinshasa-Gombe, le procès de Vidiye Tshimanga, ancien conseiller spécial en matière stratégique du président Tshisekedi a aussitôt été renvoyé au 24 novembre prochain, à la suite des exceptions soulevées par la défense qui a notamment évoqué l’incompétence de cette juridiction à poursuivre son client sans aucune plainte. Ce qui a été réfuté par le ministère public.

L’ancien conseiller de Félix Tshisekedi qui a depuis démissionné, est notamment poursuivi par le procureur pour corruption passive, trafic d’influence et offenses au chef de l’État.

En septembre dernier, il a été au cœur d’un scandale de corruption à la suite de la diffusion d’une vidéo le montrant en train de négocier avec des pseudos investisseurs dans les mines, des pots-de-vin en échange des facilités.

Au lendemain de la publication de cette vidéo, Tshimanga avait démissionné de son poste de conseiller stratégique, laissant entendre que ses propos ont été sortis de leur contexte.

Cela n’a pas empêché le procureur près la cour d’appel de Kinshasa-Gombe de le poursuivre et de le placer, au terme d’une longue audition le 21 septembre, sous mandat d’arrêt provisoire à la prison centrale de Makala.

Après cinq jours de détention, l’ex-conseiller stratégique de Tshisekedi avait bénéficié d’une liberté provisoire. Lire aussi: RDC : Vidiye Tshimanga bénéficie de la liberté provisoire

Lire :  Magouilles et trafic d’influence à la présidence de la RDC : le conseiller stratégique Vidiye Tshimanga rend le tablier