Chasseur Sukhoi-25 des FARDC

Les FARDC ont utilisé ce mardi les avions de chasse Sukhoi-25 et des hélicoptères d’attaque pour pilonner les positions occupées par le M23 à Tshanzu et Musungati.

Des sources sécuritaires congolaises évoquent une opération « réussie », alors que le M23 visiblement désemparé, dénonce des bombardements sur la « population civile ».

Et pour la première fois depuis la reprise des hostilités par le groupe terroriste tutsi, c’est sur un ton plaintif que le porte-parole politique du M23, Lawrence Kanyuka s’est fendu d’un communiqué : « La direction du mouvement du 23 mars (M23) apprend à la communauté nationale et internationale que les forces de la coalition gouvernementale congolaise utilise des avions de chasse et des hélicoptères d’attaque pour bombarder des zones fortement peuplées, tuant des civils innocents, créant ainsi des déplacements massifs des populations civiles. Cette option belliciste est contre-productive et met extrêmement en danger la vie de nos citoyens dans les zones sous notre contrôle et accentuent la situation humanitaire dans la région. »

Chasseurs Sukhoi-25 des forces aériennes de la RDC
Chasseurs Sukhoi-25 des forces aériennes de la RDC

Communiqué larmoyant du M23

Dans son communiqué, le porte-parole politique du M23 s’insurge aussi contre « le recrutement des jeunes et le discours de haine et l’idéologie du génocide à laquelle les nouvelles recrues sont soumises par les forces de la coalition du gouvernement de la RDC ».

Aucun bilan n’est encore établi à la suite de ces frappes aériennes des FARDC, mais on signale un déplacement des populations vers la frontière de l’Ouganda. « La population d’ici à Bunagana a peur, elle est en train de fuir vers l’Ouganda, c’est le sauve-qui-peut », a déclaré un habitant de la cité joint au téléphone.

Lire :  Nord-Kivu : retour au calme au centre de transit de Mubambiro après la révolte des ex-combattants

Information corroborée par Damien Sebuzanane, responsable de la société civile locale : « Bunagana s’est vidé de sa population », a-t-il affirmé.

Frappes sur la colline de Tshanzu et ses environs

« Depuis ce matin, nos avions ont commencé à bombarder la colline de Tchanzu et ses environs. Cela va durer toute la journée », a précisé sous couvert d’anonymat une source sécuritaire précisant que lundi, « c’était la reconnaissance » et l’identification des cibles.

La même source renseigne par ailleurs que des combats au sol ont été engagés vers Rugari, à environ 30 km au nord de Goma.

Vingt-quatre heures plus tôt, le Rwanda a protesté contre la violation de son espace aérien par un Su-25 congolais qui, selon Kigali, s’était même brièvement posé sur la piste de l’aéroport rwandais de Rubavu, près de la frontière congolaise. Kinshasa a reconnu un survol « malencontreux » du territoire rwandais lors d’un vol de reconnaissance par un avion « non armé ».

Pour rappel, les relations sont très tendues entre le Rwanda et la RDC depuis la résurgence du M23 (Mouvement du 23 mars) qui, selon Kinshasa, bénéficie du soutien de Kigali. La RDC a expulsé fin octobre l’ambassadeur du Rwanda. Lire aussi: Le Rwanda accuse la RDC d’avoir violé son espace aérien