Kinshasa : la marche des partisans de Jean Marc Kabund dispersée par la police

La police nationale congolaise (PNC) a dispersé lundi 29 août à Kinshasa, une marche programmée par les membres et sympathisants du parti Alliance pour le changement de Jean-Marc Kabund. 

Ghislain Mwanji, l’un des porte-parole de cette formation politique, dénonce la brutalité de la Police alors que cette marche était bel et bien annoncée à l’autorité publique et à la Police.

« En ce qui concerne notre interaction avec l’autorité provinciale, nous avons un accusé de réception. Le parti Alliance pour le changement a saisi l’autorité compétente, mais aussi le commissariat provincial de la police de Kinshasa pour l’informer de la marche que nous devrions conduire ce jour. C’est un régime d’information et non d’autorisation. Nous dénonçons la répression violente contre nos militants et cadres », regrette Ghislain Mwanji. 

Cette marche avait deux objectifs, selon le porte-parole : 

« L’objectif essentiel de notre manifestation de ce jour n’est pas seulement la relaxation du président Kabund. Nous sommes en phase d’exiger la cessation des poursuites judiciaires à sa charge. Parce que ces poursuites sont illégales partant de la disposition 107 de la constitution qui est prohibitive de toute poursuite judiciaire à un parlementaire pour des raisons d’opinion et de vote émis par lui dans l’exercice de ses fonctions ».

En réaction, la police affirme que cette marche n’a pas été autorisée.

Pour rappel, poursuivi pour avoir tenu des propos qualifiés d’injurieux, de nature à alarmer la population et à porter atteinte à l’honneur dû aux institutions publiques et à la dignité du chef de l’Etat, Jean-Marc Kabund a été placé le 9 août sous mandat d’arrêt provisoire et conduit directement à la prison centrale de Makala, après son audition au parquet près la Cour de cassation à Kinshasa.

Lire :  Assemblée nationale : plénière inaugurale de la 4ème législature

Mais le 12 aout, la Cour de cassation a décidé d’assigner Jean-Marc Kabund à résidence surveillée dans un cadre à déterminer par le Parquet général. Lire aussi: RDC : Le parti de Jean-Marc Kabund dans les rues de Kin, lundi 29 août pour exiger sa libération