Nord-Kivu : controverse autour du retrait de la MONUSCO à Butembo

Alors que la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation du Congo (MONUSCO) a démenti son retrait de la ville commerciale de Butembo dans un communiqué rendu public la soirée du mercredi 17 août dernier, le Gouverneur militaire du Nord-Kivu annonce le retrait imminent de cette mission Onusienne de Butembo.

En effet, ce jeudi 18 août 2022, dans un point de presse animé à Butembo, le lieutenant-général Constant Ndima Kongba a annoncé officiellement le retrait de la MONUSCO de cette ville, à la suite des dernières manifestations hostiles à son égard. Dans son allocution, le Gouverneur de province a laissé entendre que certains éléments onusiens ainsi que certains matériels se trouvant encore à Butembo, y seront retirés dans un futur très proche.

« Quant à ce qui concerne la MONUSCO, je vous annonce le retrait imminent des éléments onusiens ici à Butembo et cela conformément au protocole d’accord trouvé entre le gouvernement congolais et la MONUSCO. Les quelques éléments onusiens ainsi que certains de leurs matériels se trouvant encore ici à Butembo, y seront retirés dans un futur très proche », a déclaré Constant Ndima.

L’occasion faisant le larron, pour l’autorité provinciale d’appeler sa population au calme et à la patience en attendant que le dernier élément de la MONUSCO puisse quitter le sol congolais.

« J’en appelle les Bubolaises et Bubolais, aux apaisements et de rester patients en attendant que ce retrait soit définitif ici localement à Butembo. Soyez-en rassurés, que l’État congolais est très sensible vis-à-vis de vos revendications chères populations de Butembo », a ajouté le gouverneur militaire.

Lire :  Nord-Kivu : Le bilan de l'attaque de Kisima-Vuthotoli et Mirutusi passe de 17 à 27 morts

Précisons que l’autorité provinciale du Nord-Kivu qui avait dans sa suite certains membres de son gouvernement et certains membres du comité provincial de sécurité séjourne à Butembo après les évènements sécuritaires vécus dans cette ville, notamment les manifestations anti-MONUSCO, l’évasion spectaculaire au sein de la prison centrale de Butembo-Kakwangura ainsi les fortes tensions vécues entre les forces de sécurité et certaines personnes qualifiés de miliciens Mai-mai Baraka par l’armée congolaise. Lire aussi: Nord-Kivu : la MONUSCO n’a pas fermé sa base de Butembo

Venatche Ndaliko/ Beni