RDC : AAB projette un sit-in devant l’ANR pour obtenir la libération de Jimmy Kitenge

Le regroupement politique AAB menace d’organiser un sit-in devant l’Agence nationale de renseignement (ANR) et certaines ambassades, afin d’obtenir la libération de Jimmy Kitenge, communicateur du PPRD. En effet, dans un communiqué rendu public ce 05 août, AAB est revenu sur la situation du communicateur, détenu depuis plusieurs jours à l’ANR.

Membre du Front commun pour le Congo (FCC), AAB a condamné la détention arbitraire de Jimmy Kitenge dans les locaux de l’Agence nationale des renseignements et a exigé sa libération immédiate.

« L’AAB Condamne définitivement, une fois de plus, l’enlèvement odieux de Monsieur Jimmy Kitenge Manganda et sa détention arbitraire dans les geôles de l’ANR où il est non seulement maltraité mais aussi privé de tous ses droits fondamentaux. Exige la libération immédiate et sans condition du compatriote », lit-on sur ce communiqué.

Prenant à témoin la communauté nationale et internationale, AAB dénonce le « silence complice » de certaines organisations dites des droits de l’homme qui, dans un passé récent, s’étaient illustrées par toutes formes de dénonciations.

Faute d’obtenir la libération de Jimmy Kitenge, l’AAB promet d’organiser un sit-in devant les institutions de la République, les locaux de l’ANR et certaines représentations diplomatiques. Par la même occasion, Il a demandé à ses militants de rester mobilisés tel un seul homme pour obtenir sans délai et sans condition la libération de ce communicateur.

Selon un tweet du journaliste Israel Mutombo, Jimmy Kitenge aurait été transféré ce vendredi au Parquet.

Pour rappel, mardi 26 juillet, Jimmy Kitenge a été « enlevé », par des agents de l’ANR en tenue civile devant les locaux de la chaine de télévision CCTV alors qu’il était allé répondre à une invitation d’un journaliste de ladite chaîne pour un débat « démocratique contradictoire », renseigne l’AAB.

Lire :  Beni : Un agent de l’ANR mort, un militaire grièvement blessé, victimes de la justice populaire à Rwangoma

Leave a Reply

Your email address will not be published.