Beni : l’association culturelle Kyaghanda-Yira suspend sa participation aux activités de la MONUSCO

L’association culturelle Kyaghanda-Yira section de Beni a décidé de suspendre sa participation aux activités de la MONUSCO. Elle a rendu publique cette décision au cours d’un café de presse organisé en sa permanence au quartier Tamende, dans la commune Mulekera, à Beni (Nord-Kivu), ce vendredi 5 août 2022.

L’objectif, était de passer en revue la situation qui prévaut sur l’ensemble de la province du Nord-Kivu et plus particulièrement à Beni, caractérisée par des manifestations populaires exigeant le départ de la MONUSCO du sol congolais et la persistance de l’insécurité dans cette partie du pays.

Dans sa déclaration rendue publique ce même Vendredi, le Kyaghanda-Yira a condamné avec véhémence l’agissement des casques bleus du contingent Tanzanien de la MONUSCO, qui avaient forcé leur traversée de l’Ouganda vers la République Démocratique du Congo via le poste frontalier de Kasindi-Lubiriha, le 31 juillet dernier, en tirant à bout portant sur des civils et des agents de sécurité, une situation qui avait engendré la mort de 5 personnes dont 2 policiers et une dizaine de blessées par balles.

Eu égard à tout ce qui précède, le Kyaghanda-Yira section de Beni recommande et décide ce qui suit :  – au gouvernement congolais de rompre immédiatement avec l’accord qui le lie aux Nations-Unies.

– le Kyaghanda-Yira suspend sa participation à toutes les activités initiées par la MONUSCO en RDC.

– aux Nations-Unies d’emmener ses troupes dans d’autres pays membres.

– à la population de renforcer sa collaboration avec les forces de défense et de sécurité pour vaincre les groupes armés actifs dans cette partie du pays.

Lire :  Nord-Kivu : Reddition de 68 miliciens aux FARDC dans le Walikale

Par ailleurs, l’association culturelle Kyaghanda-Yira, regrette qu’avant l’avènement de la MONUSCO en RDC, la partie est du pays connaissait à peu près 3 groupes armés, mais 22 ans après, sous les yeux impuissants de cette mission onusienne, la partie est compte plus de 100 groupes armés qui ruinent l’élan de cette partie orientale.

Il sied de rappeler que les manifestations anti-MONUSCO vécues dernièrement sur l’ensemble de la province du Nord-Kivu ont fait état d’une trentaine de civils tués par balles, 3 agents de la MONUSCO tombés ainsi que plusieurs dégâts matériels, dont des bases de la MONUSCO saccagées par les manifestants en colère, respectivement à Goma et Butembo. Lire aussi: RDC : des soldats de la MONUSCO tuent de sang froid des civils après avoir forcé le poste frontalier de Kasindi (Nord-Kivu)

Venatche Ndaliko/Beni

Leave a Reply

Your email address will not be published.