Lualaba : l’opération “zéro délinquant” dérape à Kolwezi

L’opération policière lancée mercredi tendant à débarrasser la ville de Kolwezi de ses jeunes désœuvrés a tourné au drame. Selon le président de la société civile de la province du Lualaba, Chadrack Mukad’End Naw, plus de quinze personnes sont mortes dans cette opération de police.

En effet, les autorités provinciales ont réquisitionné les forces de l’ordre avec pour objectif de vider la ville de ses mendiants, enfants des rues (shégués) et délinquants. Le cadre de concertation de la société civile du Lualaba a dénoncé, jeudi 4 août les méthodes brutales utilisées par la police dans l’opération « zéro délinquant » à Kolwezi.

Bavure policière

Selon toujours Chadrack Mukad, cité par RFI, “certaines victimes sont décédées en détention comme Ennock Kahozi Yile Bindu, jeune travailleur de 28 ans dans l’entreprise Mboko, marié et père de trois enfants. D’autres ont été abattues par les forces de l’ordre.

En plein jour, des enfants, des adolescents et des adultes ont été interpellés dans la rue avec brutalité sans que leur identité soit contrôlée, puis emmenés dans des véhicules de la police et jetés au cachot. D’autres ont été obligés de revêtir de force la tenue du service national : une salopette bleue et des bottes jaunes. Ils doivent être enrôlés de force pour des travaux de champs dans les plantations de maïs de Kaniama Kasese“.

Fifi Masuka, gouverneur a.i du Lualaba envoie des “kuluna” à Kaniama Kasese

Bien qu’elle salue l’initiative du gouvernement provincial du Lualaba de débarrasser la ville de délinquants, la société civile dénonce cependant les méthodes utilisées par la Police dans cette traque. Selon cette structure citoyenne, ces méthodes portent atteinte aux droits humains. Shadrack Mukad condamne le « dérapage de la police ». 

Lire :  Cheikh Ali Amini, victime de ses convictions ?

Des faux kuluna à Kaniama Kasese?

Et en cette période des vacances scolaires, la police traque sur la voie publique tout jeune qui porte par exemple des habits sales, a des cheveux non soignés ou portant une longue barbe. D’autres sources locales affirment que parmi des jeunes interpellés par la police, il y a des élèves, des parents qui revenaient du travail et même des mineurs. Lire aussi:Haut-Katanga : 320 Kulunas de Lubumbashi acheminés à Kaniama Kasese

Le ministre de l’Intérieur du Lualaba rejette en bloc ces allégations mais il sans donner plus de détails. 

Sur ordre du gouvernement provincial du Lualaba, des centaines de jeunes de Kolwezi sont traqués par la police puis envoyés à Kaniama Kasese afin d’apprendre des métiers.

Leave a Reply

Your email address will not be published.