ONU : Julienne Lusenge demande au Conseil de sécurité de mettre fin à l’ambiguïté sur la situation en RDC

« Cessez d’applaudir ce pays qui se développe sur les morts, les violences sexuelles et par l’exploitation illicite de nos ressources », a dit Julienne Lusenge, Directrice du Fonds pour les femmes congolaises (FFC), qui a recommandé mercredi au Conseil de sécurité de l’ONU de mettre fin à l’ambiguïté sur la situation dans l’est de la RDC, notamment en reconnaissant l’implication des pays voisins. 

Il est temps de cesser « d’applaudir ce pays qui se développe sur les morts et les violences sexuelles faites aux femmes et aux filles par l’exploitation illicite de nos ressources », a-t-elle martelé.

Elle a fait remarquer que la situation sécuritaire continue de se dégrader sous les attaques « terroristes » répétées du M23, des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et de la CODECO.  Elle a dénoncé l’appui d’un « pays voisin » au M23, lequel continue de menacer la paix alors que plus de 5,5 millions de personnes demeurent déplacées au sein de populations hôtes « coupées de leurs ressources ».  « Pouvez-vous imaginer que les mamans préparent la poussière, la terre pour nourrir les enfants à la place de la bouillie de maïs ou de soja », s’est alarmée Mme Lusenge.

L’activiste a aussi exhorté le Conseil à renforcer les mécanismes de concertation afin de protéger la population.  À cet effet, elle a estimé que le conflit entre le Rwanda et les FDLR devrait se régler sur le sol rwandais.  Enfin, elle a invité l’Assemblée générale à organiser d’urgence une réunion consacrée à l’atténuation de l’insécurité alimentaire en RDC et en Afrique. Lire aussi: New-York : le Conseil de sécurité de l’ONU maintient l’embargo sur les armes contre la RDC sans l’appui des Africains, de Moscou et Pékin

Lire :  Le Vatican et la RDC ont signé un accord-cadre sur « des questions d’intérêt commun »

Leave a Reply

Your email address will not be published.