Diplomatie : Face à la nouvelle guerre de l’est, la RDC est seule

La RDC se retrouve de nouveau confrontée à une agression dans la partie est de son territoire. Le groupe rebelle du M23, manifestement soutenu en troupes et en armement par le Rwanda voisin, tente depuis quelques jours de s’emparer de diverses localités de la province du Nord-Kivu, avec manifestement l’intention d’occuper à terme des positions stratégiques comme la Base militaire de Rumangabo ou la ville de Goma.

Du coup, les paisibles habitants de ces contrées ont repris le chemin de l’exode interne par milliers, rendant la situation humanitaire déjà précaire dans la région encore plus dramatique.

Dans cette province déjà en état de siège à cause de l’activisme des groupes armés nationaux et étrangers, l’Armée congolaise déjà fortement éprouvée par les multiples tueries et exactions des groupes terroristes, est maintenant obligée de faire face à une agression imposée de l’extérieur.

Mutisme général de la communauté internationale

Le plus étonnant dans le nouveau drame de la RDC, c’est le silence quasi-général de la fameuse Communauté internationale devant les images des cohortes des femmes, enfants et vieillards sur les routes des montagnes du Kivu, qui tentent de fuir les bruits des canons, avec pour seuls bagages, leurs maigres fourbis.

En dehors des forces de la Monusco qui essaient (ou font semblant) de donner leur appui aux vaillants soldats congolais, personne d’autres dans la région, ou à travers le monde, n’a encore donné de la voix pour condamner, voire dénoncer ce qui s’apparente pourtant à une énième agression étrangère de la RDC par son remuant voisin de l’est. L’ONU, la supposée garante de la paix et de la sécurité internationale, s’est jusque-là contentée d’un communiqué laconique, appelant à la négociation entre les parties.

Lire :  Démarrage de la campagne pour l’inscription de la Rumba congolaise au patrimoine mondial de l’UNESCO

Depuis le début de l’actuelle mandature à la tête du pays, les congolais ont été seriné des discours politiques sur la grande ouverture de la RDC au monde, et de la conquête des nouvelles amitiés diplomatiques, avec à la clé des dizaines de voyages officiels des plus hautes autorités du pays, ponctués souvent des embrassades sur la bouche avec les collègues des pays visités. Le Rwanda qui est aujourd’hui derrière le M23, avait même eu un traitement de faveur avec une présentation au stade des Martyrs de son Président comme un frère de sang, suivie quelques temps après d’une séance de danse entre premières dames, et d’échange des vaches en prime. Aujourd’hui, les congolais auraient peut-être raison de se dire : tout ça pour ça ?

Où est passé le Proconsul?

Et dire que nous sommes allés jusqu’à introniser les États-Unis qui ne nous demandait rien comme « partenaire privilégié », au point d’ériger son Ambassadeur à Kinshasa en Proconsul national, qui se promenait comme bon lui semble sur le territoire national et dans les couloirs de souveraineté du pays. Aujourd’hui, la RDC a plus que besoin d’un soutien de ses supposés amis, face à la nouvelle agression du Rwanda. Mais tout le monde se tait dans toutes les langues, y compris notre frère adoptif Nzita. Lire aussi: Nord-Kivu : Les FARDC affrontent le M23 et ses supplétifs rwandais près de Goma

Lolo Luasu B.

Leave a Reply

Your email address will not be published.