CENI : en matinée électorale, Denis Kadima recommande aux jeunes les compétences pour être compétitif

Le Conseil national de la jeunesse (CNJ) a convié le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Denis Kadima Kazadi, à une « matinée électorale », mercredi 04 avril 2022, en la salle de conférence du Ministère des Affaires étrangères au cours de laquelle il a fixé l’auditoire sur les aspirations de la Centrale électorale à mener à bien sa mission d’organiser les élections dans les délais constitutionnels.

Les valeurs de la mission : l’éthique, l’intégrité, l’impartialité, l’équité et la justice

Au cours de la rencontre à laquelle a pris part le vice-ministre des Affaires étrangères Samy Adubango Ahoto, le numéro un de la CENI a mis en avant la démarche de redorer l’image de son institution. Il a aussi énuméré les valeurs qui sous-tendent la mission lui assignée, notamment l’éthique, l’intégrité, l’impartialité, l’équité et la justice.

« Avant de parler des questions spécifiques à la jeunesse, je vais vous faire part d’une façon générale du travail que nous faisons au sein de la CENI concernant le processus électoral. L’institution que je dirige a été mise en place après 28 mois de retard. Nous ne sommes là qu’il y a à peu près de 6 mois. On a commencé avec des ateliers de toute sorte pour mieux comprendre la structure elle-même. Nous avons eu une opération capitale, l’atelier de planification stratégique d’où a découlé notre plan stratégique. C’était la première fois que la CENI s’était dotée d’un plan stratégique qui détaille notre vision en tant qu’institution et notre mission contenue dans la loi. Nous avons épinglé un certain nombre des valeurs auxquelles nous avons déjà adhéré. Puis nous avons défini 5 axes stratégiques sur base desquels nous faisons notre travail », a fait savoir Denis Kadima Kazadi.

Lire :  RDC : La CENI identifie et recrute des formateurs additionnels et agents temporaires

5 axes stratégiques, base de leur travail

Il a également explicité la nouvelle vision de son institution : « Une vision, c’est d’abord une projection à long, voire très long terme qui va même au-delà de nous-mêmes. Il s’agit d’une CENI de standard mondial qui implique une culture pérenne en RDC. Nous avons cette ambition et voulons en faire une référence dans notre sous-région et pourquoi pas au-delà », a expliqué le président de la CENI.

De continuer, le président de la Centrale électorale a dévoilé les 5 axes de l’action de son équipe et les valeurs qui la sous-tendent. Il s’agit de : 1-Créer une nouvelle image de la CENI pour renforcer sa crédibilité. En un mot, c’est le rebranding que nous avons incorporé dans notre jargon au niveau de la CENI, c’est-à-dire, redorer son image. 2-Améliorer la qualité du service pour accroître notre efficacité. 3-Renforcer les relations avec toutes les parties prenantes pour une grande crédibilité. C’est exactement ce que nous faisons avec vous en ce moment. 4-Construire une nouvelle culture d’inclusivité pour une grande adhésion. 5-Engager une politique de mobilisation et de gestion durable et efficace des ressources pour assurer la pérennité de la CENI. Sur des valeurs, il y a le devoir de recevabilité, la légalité, l’égalité, l’équité et l’intégrité. Après trois cycles électoraux, il y a eu beaucoup de critiques à l’égard de la CENI et nous travaillons d’arrache-pied pour inverser la tendance. Comprenez que quelque chose est en gestation… », a relevé Denis Kadima Kazadi.

Il a par ailleurs insisté en disant : « Nous devrons avoir des jeunes aux affaires. Ayez cette ambition avec des compétences qui vont avec pour se montrer compétitifs ».

Lire :  Nord-Kivu : l'ECIDÉ confirme la marche du 15 septembre pour exiger la dépolitisation de la CENI

La jeunesse représente pas moins de 65 % de la population

Prenant à son tour la parole, Samy Adubango Ahoto, ôtant sa casquette du membre du gouvernement, s’est adressé à l’assemblée en qualité de jeunes en leur prodiguant de bons conseils afin de donner corps à leurs aspirations en se montrant fort déterminés dans leur démarche. Il a martelé sur le fait que rien ne peut se faire sans la jeunesse qui représente pas moins de 65 % de la population.

Auparavant, lors de son intervention, le président du CNT, William Mukambila, a situé le contexte de cette organisation, à travers la jeunesse qui représente pas moins de 65 % de la population. 

« Pas un pas sans la jeunesse »

Tout en suggérant à l’ensemble des jeunes, au-delà même des membres de sa structure, de s’approprier le processus électoral en cours dans le pays. « Le Conseil national de la jeunesse s’engage à accompagner la CENI dans ce long processus électoral en refusant toutes les formes de manipulation et d’instrumentalisation, car nous sommes le présent et le futur de notre pays », a-t-il éveillé la conscience de la jeunesse. Il a par la même occasion annoncé « l’organisation, dans les prochains jours, d’un atelier de formation des observateurs et des analystes électoraux dans les 26 provinces ». Il a enfin fait savoir que depuis le 2 mai, le CNJ a déposé une note technique sur la réforme de la loi électorale sollicitant entre autres « la réservation de 40 % des sièges à compétition pour les jeunes, la suppression de toute forme de suppléance par le plus proche parent du candidat, le cumul des candidatures et que l’âge requis pour briguer un mandat électif, aux législatives, soit ramené de 26 à 18 ans... ».

Lire :  RDC : la CENI se dote d’une nouvelle identité visuelle

Il s’en est suivi le jeu des questions-réponses auquel Denis Kadima Kazadi s’est prêté volontiers en faisant œuvre de pédagogie à leur endroit. Il faut le dire, la CENI Kadima est plus active et communicante que celle de Corneille Naanga. Lire aussi: CENI : Clôture du niveau 2 de la formation des formateurs à la collecte des données cartographiques

Gel Boumbe

Leave a Reply

Your email address will not be published.