RDC : la diète forcée imposée au CNSA n’enchante pas Joseph Olenghankoy

Joseph Olenghankoy, président du Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral (CNSA), affirme dans une correspondance au Premier ministre que cette institution n’est pas en mesure d’assurer sa mission faute de frais.

En effet, c’est depuis trois ans et demi que le CNSA n’a reçu ni frais de fonctionnement ni tout autre frais connexe de droit peut-on lire dans cette correspondance. Et pourtant, souligne Joseph Olengankoy, cela est repris dans les différents budgets, mais jamais exécuté.

« Cette ségrégation institutionnelle porte gravement atteinte et préjudice à la République du fait de la non-réalisation des missions dévolues au CNSA consécutive à cette paralysie », indique Joseph Olenghankoy. Toujours dans sa correspondance, le président du CNSA atteste que les membres de cette institution n’ont reçu ni bureaux, ni équipements de bureau, ni véhicules de fonction encore moins les indemnités kilométriques.

Diète sèche pour les institutions d’appui à la démocratie

La situation est quasi similaire dans les autres institutions d’appui à la démocratie. D’après un responsable du CSAC, depuis le début de l’année 2022, aucun frais n’est perçu par cette institution. Et d’ajouter que même l’année 2021, le CSAC n’a été servi que pour un seul mois. 

Et depuis lors, malgré toutes les démarches entreprises auprès des autorités du pays, la situation demeure inchangée.

De ce fait, Joseph Olengankoy demande au Premier ministre de faire bénéficier le CNSA ainsi que les autres institutions des fonds prévus au Budget en leur faveur pour permettre à chacune d’elle d’accomplir sa mission. Lire aussi: L’ODEP recherche désespérément 3 millions de dollars évaporés au CNSA

Lire :  RDC : l’AC lance la campagne contre le harcèlement sexuel en milieu de travail