RDC : le ministre de la recherche scientifique annonce la 1ère conférence internationale sur les volcans des Virunga à Goma

Le ministre de la Recherche Scientifique et Innovation Technologique, José Mpanda Kabangu, a annoncé la tenue de la première Conférence Internationale sur les Volcans des Virunga du 19 au 21 mars 2022, sous le thème « Surveillance et gestion des risques volcaniques dans la région des Virunga : solutions et perspectives ».

La conférence se tiendra à l’Hôtel Serena, à Goma, dans la province du Nord-Kivu. Le ministre José Mpanda Kabangu, a précisé le contexte de la tenue de cette conférence, au cours d’un point de presse tenu samedi 12 mars 2022 à Kinshasa.

1ère conférence internationale sur les volcans des Virunga

« Ladite conférence aura pour mérites de réunir autour d’une tribune scientifique, des chercheurs et experts nationaux et internationaux en volcanologie et en disciplines connexes, en vue de mutualiser les échanges scientifiques et déboucher sur des stratégies et méthodologies idoines de surveillance devant augmenter les capacités de l’OVG », a fait savoir le ministre.

« En même temps, il sera statué sur l’accompagnement de l’OVG par différents partenaires scientifiques, techniques et financiers ainsi que sur le plan de contingence qui saura anticiper la gestion des risques volcaniques », a poursuivi le ministre Panda.

Observatoire volcanique de Goma
Observatoire volcanique de Goma (OVG)

Il a par ailleurs, précisé qu’à la fin de ces assises, un document reprenant les différents résultats sur les volcans sera mis à disposition.

« A l’issue de ces travaux qui s’effectueront en exposés, panels, travaux en équipes et expositions de posters reprenant différents résultats de recherche sur les volcans, un document sous forme d’« Actes de la Conférence Internationale sur les volcans de Virunga », sera mis à disposition ».

Lire :  Nord-Kivu : les ONG de protection de l’environnement saluent la décision du gouverneur en faveur du parc des Virunga à Nzulo

Volcans parmi les plus actifs au monde

Notons que les volcans Nyiragongo et Nyamulagira, qui appartiennent à la chaîne des Virunga, sont parmi les plus actifs au monde et menacent la région densément peuplée du Nord-Kivu. Le Nyiragongo, en particulier, surplombe de ses 3.470 m la ville de Goma en République Démocratique du Congo (RDC) et celle de Gisenyi au Rwanda. Ses trois dernières éruptions (1977, 2002 et 2021) ont provoqué des pertes en vies humaines et en moyens de subsistance, ainsi que des destructions et des perturbations socio-économiques majeures.

Le Nyiragongo, à Goma

Les conséquences des éruptions du Nyiragongo et du Nyamulagira ont démontré que la RDC n’était pas encore suffisamment préparée à la prévision des éruptions de ces deux volcans et dans la réduction des risques y associés.

RDC dépourvue de moyens de prévision et de gestion des éruptions volcaniques

Goma après coulée de lave
Goma après coulée de lave (mai 2021)

En effet, la dernière éruption du Nyiragongo, survenue soudainement le 22 mai 2021, a été marquée par l’absence de signaux précurseurs et a mis en évidence toutes les difficultés de la prévision et de la gestion d’un tel événement. Cette éruption a eu un fort écho international en raison de son caractère soudain, des dommages qu’elle a occasionnés, et des craintes de l’éventualité de nouvelles coulées. Elle a aussi suscité des polémiques quant à la surveillance du volcan, les mesures de précaution, les procédures d’alerte et de communication.

Lire aussi: Eruption Nyiragongo : Sama Lukonde promet l’aide humanitaire du gouvernement aux sinistrés