Résidence Kabund saccagée

Les habitants de Kingabwa, dans la commune de Limete à Kinshasa ont vécu mercredi soir une scène digne du Far West : un déploiement en forme d’expédition punitive a été organisé au domicile de Jean-Marc Kabund, 1er Vice-président de l’Assemblée nationale et président a.i de l’UDPS par des éléments de la Garde Républicaine (GR), une division des Force armées de la RDC, chargée de la protection et sécurité du Chef de l’Etat, de sa famille et des hôtes de marque.

A la résidence du 1er VP, les policiers n’ont pas tenu longtemps et n’ont visiblement pas fait preuve d’une grande opposition face à la détermination des éléments de la GR : très vite, le saccage commence. Tout est mis sens dessus-dessous : de la cuisine au bureau de Jean-Marc Kabund, les « GR » laissent leurs traces : meubles, portraits, tableaux, documents, et d’autres objets sont jetés à même. Cerise sur le gâteau, policiers de garde et personnel domestiques sont embarqués.

Infraction au code de la route et abus de pouvoir

Cette expédition punitive a connu sa genèse dans la journée, lorsqu’un véhicule, propriété de madame Agnès Tshisekedi (membre de famille du président congolais), selon divers témoignages, roulait à contre-sens au moment où le cortège de Jean-Marc Kabund était engagé sur la même voie. On voit ainsi sur une vidéo devenue virale sur la toile, un membre de la garde républicaine, assis dans un véhicule qui se dispute avec des policiers se tenant à la portière. Selon les premières informations, ce dernier s’opposait à l’interpellation des occupants de la voiture qui roulait à contresens. Un échange de paroles s’ensuit, une empoignade et finalement l’arme du GR lui est ravie. Le militaire est sorti du véhicule et embarqué dans une des jeep des policiers commis à la sécurité de Jean-Marc Kabund, président a.i de l’UDPS et 1er vice-président de l’Assemblée nationale.

Lire :  RDC-Burundi : Tshisekedi et Ndayishimiye veulent éradiquer « les groupes terroristes » dans l’Est de la RDC

Tout ce cinéma qui fait les choux gras à Kinshasa, s’est passé en l’absence de Félix Tshisekedi qui se trouvait au Malawi, dans un sommet de la SADC. On note cependant que ce n’est pas la première fois que la garde de Jean-Marc Kabund est impliquée dans un incident de la route à Kinshasa. A plusieurs reprises, elle a crevé des pneus de véhicules de particuliers, se substituant aux policiers chargés de la circulation routière.

L’opinion retiendra de ces incidents quatre violations de la loi qui sont :

1. La violation du Code de la route de la RDC par le propriétaire de la jeep qui roulait en contre-sens,

2. L’abus de pouvoir du 1er vice-président de l’Assemblée nationale Kabund qui ordonne à ses gardes d’interpeller la jeep, alors qu’il n’est pas un élément de la Police de circulation routière,

3. Les policiers commis à la sécurité de Jean-Marc Kabund qui désarment un GR en fonction en lieu et place de la Justice militaire et en violation de l’ordonnance n° 13-063 portant organisation et fonctionnement de la garde républicaine, du 22 juin 2013 qui confère à la GR les missions, entre autres, d’assurer : « la garde et la protection du président de la République et de sa famille ainsi que des hôtes de marque; la sécurité des biens et des installations présidentiels ; les escortes et les honneurs au niveau de la Présidence de la République ».

4. La violation par la GR des immunités du député Jean Marc Kabund, 1er Vice-président de l’Assemblée nationale.

Leave a Reply

Your email address will not be published.