Criminels présentés à la presse de Beni

Le maire policier de la ville de Beni, le commissaire Supérieur principal Narcisse Kashale Mutemba a présenté 9 présumés bandits à la presse de Beni (Nord-Kivu), samedi 11 septembre.

Ces personnes figurent parmi celles qui insécurisent la ville de Beni. Cette bande n’est qu’une partie d’une équipe des criminels recherchée par les services de sécurité :

« Nous continuons à chercher d’autres qui ont été cités par la première bande. Vous voyez, ils sont tous des civils mais qui opèrent avec des armes à feu et blanches voire les tenues des éléments des services de sécurité et de l’ordre, pour mettre la confusion entre les autorités compétentes », a-t-il indiqué.

A la question de savoir si parmi les éléments des forces de l’ordre il n’y a pas ceux qui insécurisent la région, le maire a répondu que « si parmi les éléments de l’ordre il y en a ceux qui participent d’une façon ou d’une autre à cette criminalité, ils seront aussi traqués. Je suis au côté de ces forces pour traquer l’ennemi et rétablir la paix dans la région », a-t-il fait savoir.

En outre ces inciviques ont été présentés avec une arme à feu qui a servi à ces derniers de faire leur salle besogne.

Il faut rappeler que la ville de Beni, fait face à une insécurité grandissante caractérisée par le vol à main armée et pillage.

2 miliciens Mai-Mai tués et une arme récupérée par les FARDC à Mungazi

Deux miliciens Mai-Mai ont été tués et une arme récupérée par les FARDC samedi 11 septembre au cours d’une attaque contre une position de l’armée par un groupe des miliciens à Mangazi, un village du secteur de Beni-Mbau, dans le territoire de Beni (Nord-Kivu).

Selon le porte-parole du secteur opérationnel Sokola 1 Grand Nord qui confirme l’information, le groupe Maï-Maï responsable de cette attaque n’est pas encore identifié.

Mais d’autres sources sécuritaires attribuent cette attaque au groupe Mai-Mai Kyandenga et parlent également d’un militaire tué pendant l’échange des tirs avec les assaillants.

Lire aussi: Beni : Plus de 50 jeunes arrêtés après des échauffourées avec la Police

Azarias Mokonzi

Leave a Reply

Your email address will not be published.