Syndicat enseignants Nord-Kivu

Les syndicats des enseignements de la sous-division de l’EPST ville de Beni se sont réunis mercredi 18 août, pour évaluer le parcours de l’année scolaire 2020-2021. Au cours de cette rencontre, ils ont analysé la décision des autorités de la province éducationnelle Nord-Kivu 2 suspendant certains chefs d’établissements accusés de violer la gratuité de l’enseignement de base dans des établissements publics.

A l’unanimité les parties prenantes ont vivement déploré cette décision, qu’elles qualifient d’impopulaire et estiment que la violation de la gratuité résulterait de l’irresponsabilité de l’État congolais, n’ayant pas su respecter ses engagements pour la prise en charge des enseignants nouvelles unités et non payés.

De ce fait, l’intersyndicale des enseignants exige sans condition la réhabilitation de ces directeurs et préfets dans leurs fonctions respectives faute de quoi, il compte entreprendre des actions de très grande envergure dès le début de l’année prochaine dans la sous-division de l’EPST ville de Beni.

Soulignons que depuis la semaine dernière, plus de 30 chefs d’établissements scolaires ont été suspendus de leurs fonctions par les autorités de la province éducationnelle Nord-Kivu 2, dans le cadre de faire respecter la gratuité de l’enseignement de base prôné par le président de la République se référant à l’article 43 de la constitution de 2006.

Venatche Ndaliko/Beni

Lire :  Le tribunal militaire garnison de Beni-Butembo acquitte les militants de la Lucha