combattans UDPS au centre Lindonge

La Cenco s’est dit « consternée » des « propos désobligeants » à l’endroit du Cardinal Fridolin Ambongo et de son Secrétaire général Donatien N’shole, tenus samedi par Augustin Kabuya Secrétaire Général de l’UDPS devant les militants de son parti.

Augustin Kabuya
Augustin Kabuya, Secrétaire Général UDPS

Dans une déclaration lue devant la presse lundi, la Cenco indique qu’un jour après ces déclarations, « des actes de vandalisme, accompagnés des injures macabres », ont été posés à l’archevêché de Kinshasa et à la résidence du Cardinal.

« La Cenco condamne fermement ces actes de violence inadmissibles, qui sont une grave atteinte à la liberté religieuse et d’expression, mais aussi une entorse à la démocratie. C’est un recul sur le chemin de l’Etat de droit auquel aspire le peuple congolais », précise la déclaration.

De son côté, réagissant contre ces actes, le Premier ministre Sama Lukonde Kyenge a écrit sur son compte Twitter : “Le gouvernement de la république condamne fortement les actes de profanations, de violence et de vandalisme qui ont été observés à Kinshasa et à Mbuji Mayi contre l’église catholique. Le vandalisme et la violence n’ont aucune place dans le Congo d’aujourd’hui.”

Plusieurs opérateurs politiques tels Moise Katumbi, Martin Fayulu et Delly Sessanga ont également exprimé leur désapprobation face à ces actes attribués aux militants de l’UDPS, dont certains ont été reconnus sur des photos prises devant le Centre Lindonge. Lire aussi: La CENCO dénonce le tribalisme dans les institutions

Lire :  Des mandataires nommés à la tête de quelques entreprises de l'État

Leave a Reply

Your email address will not be published.