Bukanga-Lonzo : Mis sur la sellette par l’IGF, Matata Ponyo répond et menace !

L’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo Mapon, a clairement menacé l’Inspecteur général des Finances, Jules Alingete Key de poursuites judiciaires, au cours d’un point de presse qu’il a tenu ce vendredi à Kinshasa, à propos du fiasco du projet du parc agro-industriel de Bukanga-lonzo.

En effet, c’est un Matata Ponyo irrité qui a déclaré « Je n’ai détourné aucun sou du projet Bukanga Lonzo, et je me réserve le droit de traduire en justice l’IGF pour diffamation »

Le sénateur Matata Ponyo promet donc de porter plainte contre l’IGF pour « accusations mensongères, diffamation et atteinte à ma réputation ». L’ancien Premier ministre de Joseph Kabila dit n’avoir « détourné aucun dollar de ce projet, ni de près ni de loin, ni directement ni indirectement » Lire aussi: En visite au Kwango, le Premier ministre Ilunkamba découvre le désastre de Bukangalonzo

Matata Ponyo en conférence de presse

Pour rappel, dans une récente enquête, l’Inspection Générale des Finances (IGF) révèle que 285 millions USD au total ont été décaissés par le gouvernement. Cette enquête établit aussi que 205 millions USD ont été perdus dans ce projet dont l’échec était planifié dès sa conception. Dans cette affaire, où l’Etat congolais a été dépouillé, l’Inspecteur général des Finances,  a aussi identifié six autres personnes comme responsables, dont deux sont couvertes par des immunités parlementaires, un expatrié, un congolais en fuite à l’étranger et un autre congolais encore sur le sol national.

Mis sur la sellette par l’IGF, Matata Ponyo répond et menace !

Mais, le sénateur Matata (couvert encore par des immunités parlementaires), n’apprécie pas du tout que son nom soit associé ni de près ni de loin à un quelconque détournement de deniers publics dans le dossier du parc agroindustriel de Bukanga-Lonzo. Il rejette les conclusions de Jules Alingete et ses enquêteurs : « Je n’ai détourné aucun dollar de ce projet, ni de près ni de loin, ni directement ni indirectement. J’attends le meilleur inspecteur des finances ou le meilleur enquêteur pour démontrer le détournement d’un dollar par Matata » (…) « Les inspecteurs des finances ne sont pas arrivés. Ils sont partis par le développement intellectuel et indirect qui n’a rien à voir avec ce que le peuple attend. Je me réserve le droit de traduire en justice pour accusation mensongère, diffamation et atteinte à la réputation à mon endroit ».

En revanche, Matata Ponyo voit derrière l’action de l’IGF une implication politique : « Les conclusions de l’IGF sont politiques (…). Il faut demander au ministre des Finances de l’époque Yav Mulang pourquoi il a arrêté le projet ? »

Selon lui, des membres du PPRD cherchaient à « l’éjecter » de son poste. « J’ai demandé un audit, on verra que je n’étais pas associé à la mauvaise gouvernance (…) Le projet a été saboté ».

Néanmoins, il reste encore beaucoup de zones d’ombre dans cette affaire, que seule la justice pourra élucider. Le sénateur, ancien Premier ministre a révélé que 7 études ont été réalisées pour préparer le parc (Technique, étude des sols, financière, économique, agronomique, etc.) alors que l’IGF affirme qu’il n’y a pas eu d’études». Mapon justifie ensuite l’accord de gré à gré (ce n’était pas qu’une ferme mais une ville)

Bukanga-Lonzo, un énième éléphant blanc

On se souviendra que le projet du Parc Agro Industriel de Bukanga Lonzo localisé dans les provinces du Kwango et du Kwilu s’étend sur deux Territoires : Kenge et Bagata. Le site du projet se situe à cheval entre les secteurs de Bukanga-lonzo et celui de Wamba et s’étend sur une superficie d’environ 80.000 ha. La concession du Parc Agro industriel de Bukanga lonzo a en son sein 6 villages et 4 fermes avec une population avoisinant les 4.490 habitants.

Le projet avait été inauguré par Joseph Kabila le 15 juillet 2014. Il était censé relancer l’agriculture et doper le développement de la RDC qui importe chaque année pour environ un milliard et demi de dollars de denrées alimentaires, selon les chiffres relayés par Augustin Matata Ponyo.

L’objectif (2014-2019) était d’engager et de capaciter 10.000 Congolais à l’agriculture extensive. Il était également question de transformer le site en champs de maïs et en culture irriguée de légumes. A l’époque le gouvernement annonçait avoir mobilisé 83 millions de dollars dont 53 millions de dollars devrait servir à la mise en production du site. 

Pour sa réalisation, le gouvernement avait signé un partenariat avec la société sud-africaine Africom Commodities. L’aventure n’a pas duré longtemps. En 2017, l’entreprise demandait déjà le remboursement de près de 20 millions de dollars.

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.