Le FCC dit non à la nomination d’un informateur(communiqué)

Le FCC a dénoncé dimanche la tendance consistant à faire du Président de la République, « la source de légitimation des autres institutions que sont le Parlement, le Gouvernement et les Cours et Tribunaux ».

Députés FCC en réunion

Dans une déclaration à l’issue d’une réunion-marathon des présidents de ses regroupements tenue samedi et dimanche, autour du coordonnateur Néhémie Mwilanya et du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, le FCC condamne la désignation par le Président de la République d’un informateur chargé d’identifier une majorité parlementaire « qui existe déjà depuis la législature en cours », et affirme qu’il s’opposera « de toutes ses forces à la dérive totalitaire et aux incitations subséquentes à la haine sur base d’appartenance ethnique ou politique».

Pour rappel, le 11 décembre dernier, le coordonnateur Néhémie Mwilanya déclarait déjà: « Le FCC a perdu une bataille importante. Mais son combat pour la préservation des acquis démocratiques, de l’unité nationale et de la stabilité, en vue de l’émergence du pays, est loin de s’arrêter. A tous les patriotes de resserrer les rangs derrière ces challenges. »

Lire :  Sud-Kivu : Ouverture de la session parlementaire dans un climat d'insécurité grandissante

Leave a Reply

Your email address will not be published.