En réaction à l’évasion à Kangbayi, Véranda Mutsanga décrète une série de villes mortes

L’évasion de plus de 1000 détenus à la prison de Beni Kangbayi continue à défrayer la chronique au sein de la classe politique et sociale de la ville de Beni (Nord-Kivu).

Après multiples réactions des acteurs politiques à travers la province le groupe de pression Véranda Mutsanga sort aussi de son silence. Pour ce groupe de pression, la libération des prisonniers de Kangbayi est une preuve que les autorités seraient complices des malheurs des Beniciens « personnes ne peut comprendre comment une région hautement surmilitarisée avec plus de 21.000 militaires selon la source officielle, qu’une prison regorgeant les présumés ADF qui auraient égorgé, les présumés assassins du docteur Camerounais et plusieurs autres criminels, soit touchée sans affrontement! », s’étonne-t-il.

Les soupçons de Véranda Mutsanga

Ce groupe de pression s’indigne du fait que cet acte intervient alors que des audiences contre les ADF et les assassins du docteur Camerounais étaient prévues pour les mois prochains, d’où la thèse d’une complicité « ce qui est curieux, c’est quand les prisonniers sont libérés la veille des audiences prévues pour le 26 octobre. Ça prouve que l’action a été bien montée dans la chaîne de commandement à partir de Kinshasa, Goma et Beni pour effacer les traces, étant donné que l’insécurité à Beni est devenue pour eux un fonds de commerce.  Ils savaient qu’ils seraient cités pendant les audiences, comment expliquer que depuis plus d’une année, on peut garder en prison plus de 50 personnes dans le dossier de l’assassin du médecin camerounais sans procès, et une fois les procès programmés, les présumés criminels sont tous libres, complicité de la justice militaire qui était déplorée depuis longtemps et voilà la preuve ? », S’interroge Véranda Mutsanga.

Lire :  Beni: Une embuscade fait 4 morts, plusieurs blessés et des disparus à Mukoko

Réaction musclée

Consécutivement à cette situation, la Véranda Mutsanga appelle la population de Beni à observer une série de journées ville morte à partir de ce lundi, jusqu’à ce que solution soit trouvée à ce problème :

« Nous appelons tous les habitants de Beni à observer une série des villes mortes à partir de ce lundi , jusqu’à ce que le gouverneur qui est répondant numéro un de descendre à  Beni pour explications, sans cela les députés provinciaux doivent voter une motion contre lui, changement de toute l’équipe de commencement de la justice militaire, cour opérationnelle de Bénie et Goma en commençant par le magistrat militaire Kumbu Ngoma », propose-t-il.

Azarias Mokonzi/Beni

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.