Elie Vahumawa qualifie de non-événement le passage de David Gressly à Beni

Elie Vahumawa qualifie de non-événement le passage de David Gressly à Beni, et appelle plutôt au pragmatisme des discours. En effet, depuis mercredi dernier, le Représentant adjoint du Secrétaire général des Nations-Unies en RDC David Gressly est en mission à l’Est de la République Démocratique du Congo spécialement dans la région de Beni (Nord-Kivu).

Sa mission se circonscrit dans le cadre d’analyser les perspectives de paix dans cette partie du territoire national, sous la menace des ADF.

Visite controversée

Après sa visite à Beni, celui-ci s’est rendu Jeudi à Kilya dans le secteur de Rwenzori pour échanger avec les autorités locales sur la situation sécuritaire dans cette contrée écumée par les ADF. Ce passage est commenté négativement par les fils du territoire car la population ne réclame qu’une chose, la paix.

Selon maître Elie Vahumawa, la population de Beni en a marre avec des discours et demande à la Monusco d’être pragmatique dans la protection des civils « j’ai suivi avec intérêt la communication de monsieur David Gressly qui est arrivé à Kilya, et il a dit qu’il est venu pour la paix. Moi, je n’ai pas besoin de visite des gens, on en a assez, marre, qui viennent et qui nous promettent la paix qui n’est toujours pas là, ce monsieur n’est pas le premier à arriver en territoire ou à Beni. Nous voulons que la paix nous revienne, et c’est ce jour-là qu’on pourra applaudir lorsque on verra nos mamans, nos papas retourner dans leurs champs », a-t- déclaré.

Aucune assistance pour les déplacés internes

Il déplore cependant que cette autorité onusienne ait reconnu que les déplacés traversent une vie pénible, sans pourtant leur apporter assistance en termes de vivres ou non-vivres.

Lire :  ExEtat : La Province éducationnelle Sud-Kivu 1 aligne plus de 35.800 candidats dont 16.469 filles

Maitre Elie Vahumawa demande aux autorités congolaises d’alléger la fiscalité en faveur de la population vis-à-vis de la situation qu’elle traverse :

« Comment expliquer que les gens qui sont réfugiés, qui ne savent pas comment manger, qui dorment à la belle étoile, qu’ils soient encore sujets de multiples taxes ? Comme j’ai toujours dit que la zone de Beni, il fallait que toute cette zone-là soit déclarée une zone sinistrée, mais aussi comprendre que cette population-là souffre, parce qu’elle vit par le champ, alors qu’aujourd’hui il n’y a pas moyen d’entrer dans ces champs-là », a-t-il déploré. Selon lui, pendant cette période de guerre, l’État devrait alléger les taxes.

Il faut signaler que depuis mercredi dernier David Gressly séjournait dans la région de Beni, où il a palpé la situation sécuritaire de lui-même. Avant son départ, il a échangé avec la presse autour de sa mission qualifiée de « non-événement » par les fils du territoire. Lire aussi: Selon David Gressly, la situation sécuritaire reste difficile à Beni, mais dans l’ensemble du pays, l’évolution est positive

Azarias Mokonzi/Beni

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.