Sud-Kivu: Affrontements des groupes armés dans le territoire de Fizi

De violents affrontements entre groupes armés depuis lundi 19 octobre, engendrent tueries, kidnappings et un déplacement massif de la population dans le territoire de Fizi.

En effet, neuf femmes ont été décapitées et neuf hommes kidnappés, plusieurs bien de valeur, emportés suivi d’un grand nombre de déplacés à la suite d’affrontements entre les groupes armés dont Ngumino et la coalition Maï-maï dans le territoire de Fizi.

Ce bilan provisoire nous est livré par l’administrateur du territoire Fizi Kawaya Mutipula Aimé au cours d’un entretien téléphonique avec un reporter d’Infocongo.net depuis Bukavu.

L’administrateur du territoire de Fizi lance un SOS et affirme que c’est depuis lundi 19 octobre que ces affrontements ont commencé et ils se poursuivent jusqu’à ce mercredi 21 octobre 2020.

Ces deux groupes armés ont eu un violent échange de coups de feu dès 5heures du matin jusqu’aux environs de 18heures. La cause de cette situation est due au fait que les Mai-mai disent avoir abattu 32 membres du groupe Ngomino, et pour répliquer à cette attaque, les membres du groupe Ngumino se sont introduits dans le camp des Mai-mai Bafuliro pour se venger. Mais n’ayant pas trouvé assez d’hommes, ils sont passés à des exactions en décapitant 9 femmes et emportant 9 hommes dans la brousse, ainsi que des biens.

Kawaya Mutipula dit être très inquiet de cette situation et appelle les autorités à s’impliquer dans cette affaire pour que le climat de paix revienne et que la population soit protégée du danger dans cette partie de la province du Sud-Kivu, voyant que même tard dans la nuit de ce mercredi 21 octobre, ces groupes sont en train de s’affronter à Minembwe, causant terreur et désolation.

Lire :  Tshisekedi promet de suspendre l’installation de Minembwe comme commune rurale

Signalons que depuis plusieurs jours, le territoire de Fizi a vu refaire surface l’horreur de la guerre, qui cause ces derniers mois des millions de déplacés.

Gloire Ushindi\Bukavu

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.