Nord-Kivu :7 personnes Kidnappées à Goma et deux à Nyanzale

Au moins 7 personnes ont été prises en otage par des hommes armés non identifiés la soirée du mardi 20 octobre dernier, à Goma (Nord-Kivu)

Les faits ont eu lieu dans le quartier Ndosho, où ces inconnus ont fait incursion. Les premières informations recueillies par Infocongo.net,  révèlent que ces hommes ont d’abord procédé à des tirs de sommation avant de Kidnapper ces personnes aux avenues Ileon Songo, Kalonji, Rwasama, Kasavubu.

Cette situation est condamnée par la Société civile forces vives de Ndosho, qui dit avoir alerté les services de sécurité pour la poursuite des assaillants.

Grâce à la prouesse des services de sécurité, les éléments de l’ordre ont réussi à sauver et libérer une maman des mains des ravisseurs.

Claude Rugo, Président de cette structure citoyenne, félicite pour la cause, la bravoure des forces de sécurité qui sont intervenues à temps jusqu’à libérer cette maman.

Elle plaide cependant pour la multiplication des efforts pour libérer les autres otages des mains de ces bandits.

Pendant ce temps, deux opérateurs économiques ont été pris en otage par des inconnus, la nuit du mardi à ce mercredi 21 octobre, à Nyanzale, dans le territoire de Rutsuru.

Un témoignage recueilli sur place renseigne que ces opérateurs économiques ont été pris en otage par ces assaillants lorsqu’ils se préparaient pour acheter des marchandises. Ces personnes sont ressortissantes de Sake près de la ville de Goma.

Pendant ce temps,les forces armées de la République Démocratique du Congo ont arrêté 25 présumés bandits, ce même mercredi 21 octobre 2020 dans la ville de Goma, avec plusieurs effets militaires qui leur servaient à exécuter leur sale besogne. Parmi ces effets figurent, des amulettes, des machettes et des grenades.

Lire :  Félix Tshisekedi instruit le ministre Mbikayi de lui faire rapport sur l'évolution de la situation des victimes des atrocités de Yumbi

Ce coup de filet des FARDC est salué par le gouverneur de la province qui félicite les efforts de l’armée.

Ces présumés bandits sont provisoirement détenus au cachot du service de renseignement militaires en attendant la fixation de leur dossier à la cour militaire.

Azarias Mokonzi/Beni

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.