Les Parlementaires congolais s’engagent en faveur de la candidature de la Rumba à l’UNESCO

Les députés et sénateurs membres du Collectif des parlementaires culturels de la RDC ont pris langue avec les membres de la Commission nationale pour la promotion de la Rumba congolaise au niveau de l’UNESCO, lundi 28 septembre 2020 dans la salle des banquets du Palais du peuple, afin de faire le point sur l’avancement de la candidature de Rumba de la RD-Congo sur la liste représentative du patrimoine universel de l’UNESCO.

« Nous parlementaires, pensons que cette inscription de la Rumba congolaise doit devenir une affaire d’État. Voilà un patrimoine qui non seulement nous est en commun par l’histoire mais un patrimoine qui fédère tous les sentiments, toutes les émotions et valeurs traditionnelles de la RDC », a déclaré le Sénateur Didier Mumengi.

Un outil formidable de cohésion nationale

Pour lui, la Rumba congolaise est un outil formidable de cohésion nationale, un instrument inespéré de rassemblement de toutes les traditions de l’ensemble du peuple Congolais.

« La Rumba est une œuvre qui transcende les ethnies et qui travaille comme socle de l’identité nationale. Voilà pourquoi nous parlementaires culturels, avons fait de cette inscription une affaire d’État », a renchéri le Sénateur Didier Mumengi.

Pour sa part, le Professeur Yoka Lye, président de la Commission nationale pour la promotion de la Rumba congolaise à l’UNESCO, l’heure est à la sensibilisation de toute la nation sur cette question qui porte sur la culture du pays à l’échiquier mondial.

« Nous sommes à la phase du plaidoyer pour la candidature de la Rumba congolaise sur la liste représentative du patrimoine universel de l’UNESCO. Ce combat est un combat de solidarité etant donné que dans l’une des recommandations de l’UNESCO, il faut que l’Etat Congolais manifeste son implication. C’est pourquoi aujourd’hui, c’est nous sommes heureux parce que les parlementaires nous donnent motif d’espoir pour que ce combat se mène dans de bonnes conditions », a indiqué le Professeur Yoka Lye.

Lire :  Le Festival de l’unité culturelle conjugué au féminin « Basi na Basi » repoussé à une date ultérieure

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.