Le gouvernement juge la situation économique stable

Le Premier ministre Ilunga Ilunkamba a présidé ce mardi à la Primature la traditionnelle réunion du comité de conjoncture économique élargie aux délégués de la FEC et ceux de l’ANEP.

Selon le Vice-premier ministre, ministre du Budget, Jean Baudouin Mayo Mambeke, qui a fait le point de cette séance, il a été question d’examiner la note de conjoncture économique de la semaine du 21 au 25 septembre 2020 présentée par la Vice-premier-ministre, ministre du Plan Elysée Munembwe et la note du secteur minier présentée par la Vice-ministre des Mines, Denise Lupetu.

Les membres du comité de conjoncture économique à la Primature

Les membres du comité de conjoncture économie ont noté que la situation économique de la période du 21 au 25 septembre 2020 est globalement stable. Cette stabilité se constate également sur le rythme de formation des prix des produits de première nécessité sur les marchés et même sur le taux de change de la monnaie nationale par rapport au dollar américain demeuré inchangé au parallèle, mais qui s’est légèrement apprécié à l’indicatif.

Ces bons résultats sont notamment le fait du strict respect du pacte de stabilité pensé, initié et conclu sous l’impulsion du Premier ministre Ilunga Ilunkamba entre le gouvernement et la Banque Centrale.

Le chef du gouvernement appelle donc la nation entière à persévérer dans l’effort, et les Ministères sectoriels à concevoir des politiques pour l’encadrement des secteurs de l’agriculture, du commerce et des Télécommunications, notamment.

Cette embellie demeure cependant sous la menace d’un rebond de la pandémie à Covid-19 qui a ravagé les économies mondiales.

Aussi, il est rappelé à tous de continuer à respecter les gestes barrières pour mettre fin à la Covid-19 en RDC afin d’améliorer la productivité. Pour rappel, le comité de conjoncture économique réunit les Ministères du Budget, du Plan, de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale, de l’Economie, des Mines, du Commerce Extérieur et des Finances, ainsi que la Banque Centrale du Congo. La FEC et l’ANEP y sont conviés régulièrement.

Lire :  Claudel Lubaya exige une enquête indépendante sur la créance de 555 millions USD due à EXIM-Bank

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.