Les députés provinciaux de la Tshopo maintiennent le départ du gouverneur Walle

Les députés provinciaux de la Tshopo ne veulent toujours pas de Walle à la tête de leur province. Au cours d’un meeting populaire tenu lundi 28 septembre devant le bureau de l’Assemblée provinciale, le président de cet organe délibérant, Gilbert Bokungu, a indiqué que les jours de Louis-Marie Walle Lufungula en tant que gouverneur de cette province sont désormais comptés. 

Gilbert Bokungu a déclaré que le gouverneur de province a perdu la légitimité et qu’il ne jouit plus de la confiance du peuple.

D’après lui, un intérimaire sera notifié incessamment pour conduire les affaires de l’Etat jusqu’à l’organisation des élections. 

« La province de la Tshopo n’a pas de gouverneur. Nous attendons la décision du Chef de l’Etat sur sa promesse au courant de la semaine pour la notification de la personne qui va assumer l’intérim du gouverneur selon le choix du Chef de l’Etat lui-même », a-t-il indiqué. 

J’y suis, j’y reste…

Face à cette situation, le porte-parole du gouverneur de province, Jean Stanis Bilanga a qualifié ces déclarations de pure distraction. Il fait remarquer que cette déclaration n’engage que son auteur.

 « Le monde entier sait que la motion de censure avait échoué et l’affaire est pendante en Justice. Mais par quel mécanisme le chef de l’Etat va désigner un intérimaire pour remplacer le gouverneur Walle ? C’est là toute la question. Ils doivent cesser de se moquer du peuple Tshopolais », a réagi le porte-parole du gouverneur de province, Jean Stanis Bilanga.

Pour lui, le gouverneur de province a déjà prôné la paix et la préoccupation reste le développement de cette entité. Dans une déclaration faite lundi 6 juillet, les députés provinciaux avaient sollicité l’intervention du Président de la République pour mettre fin à la cacophonie qui règne au sein des institutions provinciales.

Lire :  Les Assemblées provinciales montrent les biceps et virent les gouverneurs

Ils demandaient à Felix Tshisekedi de contraindre le gouverneur à démissionner puisque, selon eux, les représentants du peuple l’ont déjà désavoué.   

Une confusion avait été observée jeudi 25 juin 2020 autour de l’interprétation du vote de la motion de censure contre le gouverneur Walle Lufungula et son équipe. A l’issue du vote des députés provinciaux, Gilbert Bokungu, avait annoncé dans un premier temps que le gouvernement provincial reste bien en place parce que la motion de censure n’a pas recueilli, selon lui, la majorité des suffrages exprimés. 

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.