Ituri :5 évadés au cachot de la police sous-commissariat de Mungwalu

Cinq détenus se sont évadés du cachot de la police à Munwalu, à la suite d’une incursion des présumés rebelles du groupe Coopérative pour le Développement du Congo (CODECO), la nuit du vendredi à ce samedi 26 septembre, dans la commune rurale de Mungwalu (Ituri).

D’après le bourgmestre de cette commune qui a livré l’information à Infocongo.net, ce week-end ces malfrats ont fait irruption dans cette agglomération en faisant crépiter des coups de feu en direction du bureau du sous-commissariat PNC.

Là, ils ont échangé des tirs nourris avec les éléments commis à la garde de cette maison carcérale, où ils vont malheureusement libérer quelques détenus retrouvés à l’intérieur : « c’était aux environs de 21 heures que nous avons entendu des coups de feu au marché central de Mungwalu. Après renseignement, c’est alors que nous allons apprendre que nos policiers étaient attaqués par des présumés miliciens de CODECO. Il y a un cachot là-bas, il y a cinq personnes qui se sont évadées dont deux mineurs enfants de la rue qui venaient de voler les biens d’autrui, mais aussi trois CODECO », fait savoir Jean Pierre Pikilisendi.

Un élément de la Police a été atteint par balle au cour des échanges de tirs nourris dans tous les sens « la nuit nous avons recherché un de nos policiers qui n’avait pas été retrouvé, mais le matin on va le découvrir blessé, atteint par balle et son arme était juste à quelques mètres de lui et nous avons récupéré l’arme, et le policier a été conduit aux soins », renchérit notre source.

Lire :  1ère édition de la Foire des Femmes des Médias pour promouvoir les femmes du métier

Il précise cependant que consécutivement à cette situation, une psychose générale a gagné la population locale qui commençait à céder à la panique.

Il indique que la situation a été vite maîtrisée par les services de sécurité, c’est pourquoi il appelle la population au calme, pour le moment le calme est observé dans cette partie de la province après ces échauffourées.

Azarias Mokonzi/Beni

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.