Beni : malgré l’insécurité, la Monusco apporte inlassablement son appui aux FARDC

La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la sécurisation du Congo (MONUSCO), a réitéré son soutien total aux Forces armées de la république démocratique du Congo (FARDC) dans la traque de tous les groupes armés négatifs dans la région de Beni, ce vendredi 25 septembre.

C’était lors d’un briefing de presse avec les journalistes de Beni que cette précision a été donnée.

La Monusco reconnaît cependant que la situation demeure volatile, l’insécurité est en hausse, les groupes armés continuent à commettre des exactions et des représailles sur les populations civiles, ce qui entraîne d’ailleurs de nombreux déplacements de la population dans la zone.

En dépit des tueries observées dans le territoire de Beni, cette mission onusienne dit avoir apporté son soutien dans les opérations. Des opérations de patrouilles ont été notamment menées sur l’axe Eringeti-Kainama, la route Mbau-Kamango, le long de l’axe Beni-Kasindi, où des civils ont été tués dernièrement par les sadiques ADF.

Ces patrouilles visent notamment à empêcher les activités des groupes armés et renforcer la protection des civils.

Selon Madame Kumbo, chef de département de l’information publique de la Monusco à Beni, plus d’une cinquantaine de patrouilles sont conduites quotidiennement sur ces différents axes « à titre d’exemple, pour la journée d’hier 24 septembre 2020, plusieurs patrouilles ont été menées, 44 patrouilles de jour, 28 patrouilles de nuit, 5 patrouilles conjointes avec les FARDC et une patrouille de longue durée sur différents axes cités », a-t-elle fait savoir.

Elle confirme cependant que la force militaire de la Monusco continue d’apporter son appui aux FARDC dans différentes opérations dans la zone.

Lire :  Marche anti-Malonda: Les groupes de pression dans la rue lundi 13 avec Lamuka à Kasindi

Il faut rappeler que ces précisions ont été données au lendemain des incursions ADF dans le secteur de Beni-Mbau et Rwenzori dans lesquelles plusieurs personnes ont perdu leur vie et plusieurs autres sont encore portées disparues.

Azarias Mokonzi/Beni

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.