L’UNAVO veut honorer Kity Jacques, candidat centenaire

L’Union nationale des veuves et orphelins (UNAVO), présidée par Charlotte Maingolo Kisiasia a décidé d’honorer Monsieur Kity Moyololo, premier gouverneur noir de Kinshasa, regroupant Bas-Congo et Bandundu vers les années 1957. 

Veuf et partenaire de l’Union nationale des veuves et orphelins, Kity Jacques, qui est complétement oublié par l’État congolais, autres amis et connaissances, a attiré l’attention de ces veuves qui ont décidé de lui rendre un hommage mérité, pendant qu’il est encore vivant.

La présidente de cette association sans but lucratif, Charlotte Maingolo précise que l’heureux lauréat, Kity Jacques, est un partenaire de longue date.

« Bien que la Bible ne parle pas beaucoup sur le veuvage de l’homme, le veuf Kity Jacques est le partenaire de longue date de l’UNAVO et il est considéré comme un modèle pour la génération à venir. C’est pourquoi, nous avons décidé de l’honorer pendant qu’il est encore vivant. Nous profitons également par la même occasion de penser aux autres vieillards que les enfants appellent souvent “sorcier” et qui sont négligés par leurs familles. Nous allons donc les honorer afin de rendre gloire à l’Eternel », a déclaré la présidente de l’UNACO tout en ajoutant que l’association a besoin de l’aide du gouvernement, tant national que provincial, du Parlement et des hommes et femmes de bonne volonté, afin de réaliser leurs nombreux projets.

Un homme des colons et des congolais

Ces veuves réunies au sein de cette association ont trouvé en la personne de Kity Muyololo Jacques, un homme d’une qualité exceptionnelle. Ce héros dans l’ombre né en 1923 dans l’ancienne province de Bandundu est parmi les premiers intellectuels congolais de l’époque coloniale.

Lire :  Tanganyika : naufrage du Mv Bana Bamo sur le fleuve à Kongolo

Après ses études à Kinzambi en 1936, Kity Jacques entre dans la profession en qualité de comptable chez Madail à Lusanga soa, ex-Leverville, où il travailla ensemble avec Antoine Gizenga, son compagnon de lutte, qui fut arrêté par les colons pour un problème politique.

Arrivé à Kinshasa, alors Léopoldville, en 1940, il sera engagé comme Commis de l’État au bureau de la Population Noire avec Joseph Kasa-vubu. En 1957, son collègue de service, Joseph Kasa-vubu, quitte l’administration coloniale pour faire la politique, avec l’ambition de diriger le pays.

Les colons ayant découvert en lui de qualités administratives irréfutables, Kity Jacques sera élevé au poste de gouverneur de province de Léopoldville (l’actuel Kinshasa), regroupant le Bas-Congo et le Bandundu. Devenu premier vice-gouverneur, il quitta en 1962 pour être engagé dans l’administration de l’ONL, Cour des comptes, service des Affaires foncières.

Il sera repris dans l’administration publique où il sera successivement nommé, de 1972 à 1976, commissaire sous-régional à Kikwit, à Bukavu et au Maniema. Kity Jacques sera rappelé à Kinshasa où il habitait sur la rue Lopori A/2 à Matonge, commune de Kalamu, et devient Directeur au ministère de l’Intérieur, avant de prendre sa retraite en 1979.

Kity Jacques ne voulait pas faire la politique comme ses amis Emery-Patrice Lumumba agent à Polar (Bralima), Antoine Gizenga, Moïse Tshombe, Tshala Muana, Takizala, Joseph Kasa-vubu, Kanza qui fut gouverneur du Bas-Congo et son jeune frère Kulumba qui était devenu premier gouverneur de Léopoldville après l’indépendance du Congo.

Cet homme aussi important, allait mourir sans que l’honneur lui soit rendu et sans être décoré pour ses loyaux services à la nation congolaise. Un monument vivant, une biothèque virtuelle, dans trois ans, le premier gouverneur de la province de Kinshasa, Kity Jacques, va totaliser 100 ans.

Lire :  Beni : Les activités socio-économiques paralysées après l'assassinat d'un militant de la Lucha

Pour rappel, l’UNAVO Asbl est créé en 2008. Elle est régie par la loi n° oo4/2001 du 20 juillet 2001 portant dispositions générales applicables aux associations sans but lucratif et aux établissements d’utilité publics. Son siège social est situé à Kinshasa, au n°57 de l’avenue Kulumba, quartier II, dans la commune de Masina.

La présidente de lUNAVO assiste les veuves

L’UNAVO et ses objectifs

L’UNAVO a comme objectifs d’encadrer et mobiliser les veuves et orphelins en vue de leur assurer des moyens de survie et leur insertion dans la société ; d’initier les veuves et orphelins à l’apprentissage des technologies visant à fabriquer des produits d’usage courant, notamment les savons, les tomates, les confitures, les pains, les gâteaux, les cirages, les habits de tricotage, etc.

L’Union nationale des veuves et orphelins défend les intérêts et les droits des veuves et orphelins. Elle lutte contre l’analphabétisme par la création des structures et centres de formations ; de promouvoir la santé pour tous par la mise en place de centres de santé de proximité ; de soumettre aux instances étatiques et non étatiques la cause des veuves et orphelins en vue de leur prise en charge effective ; et enfin, de protéger les veuves et les orphelins contre le VIH/SIDA, les MST et promouvoir la prise en charge de ceux vivant avec les VIH/SIDA, et autres maladies…

Comme dans toute organisation qui se respecte, l’UNAVO est dirigée par 5 membres qui sont : Maingolo kisiasia (présidente), Kisiasia Bondjala (vice-président) ; Kasanzi Eugenie (secrétaire), Losembe Athy et Songo Miriame (membres).

Gel Boumbe

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.