Sylvestre Ilunga Ilunkamba

Le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, vient de dénoncer le contreseing des ordonnances présidentielles nommant des officiers supérieurs au sein des FARDC et des Haut magistrats de la République, dans une déclaration signée par son Porte-parole et Directeur de communication, Albert Leike Milay, ce mardi 21 juillet 2020.

En effet, dans ce communiqué ont peut lire l’amertume et la profonde désapprobation du Chef du gouvernement, dont voici le verbatim:

DECLARATION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE CHEF DU GOUVERNEMENT
Son Excellence Monsieur le Premier ministre, Chef du gouvernement porte à la connaissance de l’opinion nationale ce qui suit :
Sur instruction de son Excellence monsieur le président de la République, Chef de l’Etat, Monsieur le Premier ministre a effectué une mission à Lubumbashi du 16 au 19 juillet 2020,
A cet effet, par sa lettre du 16 juillet 2020, le Premier ministre a conféré l’intérim à monsieur le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, tout en circonscrivant sa portée, à savoir :

  1. veiller à ce que tout courrier destiné au Premier ministre soit réceptionné à son cabinet avant toute réorientation,
  2. le joindre en cas de nécessité
  3. Au courant de la journée, vendredi 17 juillet 2020, alors que le conseil des ministres se tenait, plusieurs ordonnances signées par le président de la république et contresignées pour le compte du premier ministre par le vice premier ministre, ministre de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières, ont été rendus publiques sur la Radiotélévision nationale congolaise, la RTNC, à la grande surprise du Premier ministre, sans que l’intérimaire ne l’en ait informé préalablement
  4. le contreseing est un acte de très haute portée politique et juridique qui relève de la compétence exclusive attachée à la qualité du Premier ministre et qui ne peut se concevoir dans le cadre de l’intérim tel que circonscrit dans la lettre qui l’a conféré au Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières
  5. s’agissant d’un gouvernement de coalition, le contreseing du Premier ministre constitue au-delà de sa nature juridique, le gage des équilibres des pouvoirs entre le Président de la République et le Premier ministre qui est l’émanation de l’Assemblée nationale.
  6. Au regard de ce qui précède, le Premier ministre se propose de rencontrer de nouveau le Président de la République en vue de tirer au clair cette situation préoccupante.
    Fait à Kinshasa, le 21 juillet 2020-07-21
    Albert Lieke Milay
    Directeur de la communication
    Parte parole du Premier ministre
Lire :  La Commission nationale de censure interdit la diffusion des chansons « Nini tosali te » et « Lettre à ya Tshitshi »

L’opinion se souviendra que pas plus tard qu’il y a quelques semaines, le premier ministre avait recouru à son porte-parole pour dénoncer l’interpellation de l’ancien Vice-Premier ministre en charge de la Justice et Garde des Sceaux, dans le cadre de l’affaire de la transmission en catimini, de l’avis du Gouvernement à l’Assemblée nationale, des propositions de loi Minaku-Sakata.

Et pas plus tard que le week-end dernier, le chef de l’Etat assurait à Brazzaville, en République du Congo, à l’issue de sa visite de travail, que la Coalition FCC- CACH irait de l’avant, on sent qu’il y a bien de l’eau dans le gaz…

Leave a Reply

Your email address will not be published.