Abbé Donatien Nshole

La Commission épiscopale pour l’Apostolat des Laïcs a lancé officiellement des rencontres préparatoires des Journées Nationales des Jeunes (JNJ), mercredi 15 juillet 2020, au Centre Interdiocésain à Combe.

Le Secrétaire général de la CENCO, l’abbé Donation N’Shole qui a déclaré ouvert, ces travaux devant les jeunes venus de paroisses de diocèse de Kinshasa a tenu un discours très encourageant.

« Le monde d’aujourd’hui a plus besoin des jeunes éclairés et le meilleur éclairage, c’est le Christ. La meilleure lumière c’est le Christ. Et avec ces Journées Nationales des Jeunes, c’est une occasion d’imprimer la figure du Christ dans la jeunesse nationale.

Ça sera aussi pour nous un grand defi. La République démocratique du Congo est reconnue comme une grande nation, un grand pays et jusque-là, on n’a jamais eu les “JNJ” en Afrique et si nous gagnons le pari de réussite de ces JNJ, peut-être que cela pourrait attirer l’attention du Saint Père pour qu’en   pense à nous dans l’avenir. Voilà pourquoi il faut s’y mettre sérieusement, d’abord pour la gloire de Dieu », a dit le Secrétaire général de la CENCO.

Ces jeunes qui ont respecté la distanciation physique et le port de masque ont suivi attentivement les mots de l’abbé Zephirin, Secrétaire de   l’Apostolat des Laïcs, et du père Joachim Shamukeke, Aumônier national des Jeunes.

« Les orientations pastorales à l’intention des groupes et mouvements : Être  à l’écoute des attentes des jeunes, le lancement officiel des rencontres préparatoires des JNJ », était le thème de la rencontre.

Pour l’abbé Zephirin, il était nécessaire d’organiser des journées nationales des Jeunes dans le diocèse de Kinshasa. « C’est après avoir été avec le président de la Commission, Mgr Willy Ngumbi, Évêque de Goma que le lancement officiel des Journée Nationales des Jeunes (JNJ) se tient d’aujourd’hui », a-t-il dit.

Lire :  Élections 2023: la réaction « disproportionnée » à l'appel de la CENCO

« Il faut tomber amoureux de Dieu pour qu’il soit tout pour vous. Dans la pastorale des jeunes, il y a beaucoup de difficultés, c’est pourquoi il faut vivre avec le Christ. Ce n’est pas une  question du temps. Comme on passe du temps dans les réseaux sociaux, faisons la même chose avec le Christ. Donc, il faut tomber amoureux de Jésus-Christ », a ajouté  l’abbé Zephirin Ligofi.

Prenant la parole à son tour et dans le  premier point de son intervention, l’Aumônier national des jeunes,  père Joachim Shamukeke, a cité Ésaïe 43, 4 avant de montrer aux jeunes les orientations pastorales à l’intention des groupes et mouvements.

« Je suis à l’écoute des jeunes, pour leur annoncer les vérités. Il faut un retour à la source pour mieux connaître l’identité ou la spiritualité de votre groupe ou mouvement, son fonctionnement et la hiérarchie de l’église. Les objectifs essentiels d’un mouvement de l’église ne sont pas à chercher de l’argent, des intérêts égoïstes, des succès et des privilèges », a dit l’abbé Joachim.

De poursuivre, L’Aumônier national des Jeunes a insisté sur l’amour dans l’église.

« Dans l’église, nous sommes avant tout une famille où doit se vivre le vrai amour. Un amour qui n’écrase pas, ne marginalise pas, ne réduit pas au silence, n’humilie pas. C’est l’amour du Seigneur, un amour de tous les jours, discret et respectueux, un amour de liberté et pour la liberté, un amour qui guérit et qui relève. C’est l’amour du Seigneur qui apprend plus à redresser qu’à faire chuter, à réconcilier qu’à interdire, à donner de nouvelles chances qu’à condamner, à regarder l’avenir plus que le passé », a expliqué L’Aumônier national des Jeunes.

Lire :  La CENCO et l’ECC exigent les élections locales

Il a ajouté que le Projet Éducatif et Pastorale des Jeunes (PEPJ) est pour une pastorale efficace, réussie. Une pastorale qui aide les jeunes à devenir de bons chrétiens et d’honnêtes citoyens. Elle forme intégralement l’homme. Il est revenu sur l’expression d’E. Morin : «A force de sacrifier l’essentiel pour l’urgence, on finit par sacrifier l’urgence de l’essentiel ».

Le père Joachim Shamukeke à donné aux jeunes réunis en la grande salle de conférences de la CENCO, les 4 dimensions du PEPJ qui sont la foi, la dimension éducative et culturelle, associative et vocation. Dans les 4 dimensions, on retrouve l’analyse, les objectifs et les lignes d’action.

Il sera organisé à Kinshasa, une formation à l’élaboration du PEPJ du 22 au 24 juillet 2020 de 20h00 à 20h45 à travers le Google Meet. Mais, un jour avant, une séance aux attentes des jeunes face à l’Aumônerie nationale des jeunes va se tenir le 21 juillet de 20h00 à 20h30.

Le Pape Français  interpelle les jeunes

Au point deux, L’Aumônier national des Jeunes a parlé d’être à l’écoute des attentes des jeunes. Il a précisé que le Saint Père interpelle les jeunes à ne pas être des jeunes endormis, abrutis, canapés, indécis pour leur avenir. Raison pour laquelle lors de son adresse aux jeunes annonçant le synode des Évêques sur « les jeunes, la foi et le discernement occasionnel », le Pape Français à déclaré : « Je vous invite à participer activement à chaque instance des discussions pour exprimer avec humilité s ce qui est au plus profond de vous-mêmes. Faites entendre vos cris, laissez-les résonner dans les communautés et faites-les arriver aux pasteurs ! »

Lire :  Nord-Kivu : L'oblc sensibilise les gouvernants sur la bonne gouvernance et lutte contre la corruption

C’est dans cet esprit qu’un questionnaire à été distribué aux jeunes dans la salle, afin de les permettre à s’exprimer librement.

Dans son dernier point, le père Joachim Shamukeke à annoncé le lancement officiel des rencontres préparatoires du Forum National (Mini-Journée Nationale des Jeunes) en mi-avril 2021 en trois points suivants : « Les attentes des jeunes ; le profil de l’aumônier diocésain des jeunes, de tous les aumôniers ;  et guide pour la Pastorale des jeunes ».

Gel Boumbe