Sud-Kivu: Joseph Kabila visé par une plainte à la Cour de Cassation

Après plus de 3 ans, les victimes de démolitions de maisons et d’expropriation des terres à Mbobero, Mbiza et dans la marée de Murhundu, dans le groupement Kagabi à quelques kilomètres au Nord de la ville de Bukavu, viennent d’introduire leur plainte auprès du Procureur près la Cour de Cassation pour fixer le public autour de ces faits dont ils ont été victimes.

Cependant, ces indignés ont porté plainte contre joseph Kabila Kabange, après que ce dernier les avait expulsés de force de leurs agglomérations respectives en utilisant les FARDC et la police pour occuper leurs villages depuis  2016 dernier.

Mercredi 24 juin dernier, ces victimes accompagnées du collectif « Tournons la page » et de la nouvelle dynamique de la société civile ont déposé une plainte à la charge de Joseph Kabila Kabange, au Procureur près la Cour de Cassation Kinshasa/Gombe, par l’entremise de maître Jean Claude Katende, point focal du collectif des avocats des indignés.

Jean Chrysostome Kijana, vice président de « Tournons la page », soutient que cette même  plainte a été déposée au Procureur Général de la République près le T.G.I/ kavumu dans le territoire de Kabare ce même mercredi 24 juin2020.

En clair, les victimes accusent l’ancien chef de l’Etat congolais de destructions méchantes, pillages, coups et blessures volontaires, crimes contre l’humanité et autres formes de violences,  perpétrés par quatre unités des FARDC et de la PNC pour ses faits personnels.

A en croire le président du collectif des victimes, plus de 300 maisons ont été détruites,  des écoles et un hôpital moderne démolis en 2016 et 2018 derniers, aux côtés de plus de 3500 personnes qui vivent sans abris et qui sont menacées dans des maisons d’accueil.

Lire :  Eboulement à Bukavu : Bourgmestre d’Ibanda et Chef de division de l’Urbanisme sur la sellette

En effet, ces vulnérables émettent les vœux de voir le Procureur Général près la Cour de Cassation de bien trancher sur ce dossier et au cas de non satisfaction, ces victimes promettent de saisir les instances régionales et internationales pour la même cause.

 Venatche Ndaliko

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.