Coronavirus : l’OMS suspend hydroxychloroquine en essai clinique

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a suspendu lundi 25 mai les essais cliniques de l’hydroxychloroquine. Mais, ce produit n’était plus en essai clinique, il était déjà appliqué aux malades atteints de COVID-19 en RDC, selon le docteur Jean-Marie Kayembe, responsable de la prise en charge médicale des cas de COVID-19 en RDC.

Il affirme que l’OMS joue le rôle de surveillance et qu’après sa décision de suspendre ce protocole, une réunion se tiendra au niveau du Comité multisectoriel de riposte contre cette pandémie, pour réfléchir sur la question et présenter les observations des experts congolais.

« L’OMS est une policière, une surveillante. A ce que je sache, dans notre pays, à l’heure actuelle, l’hydroxy chloroquine, c’est un protocole thérapeutique que nous appliquons aux malades atteints de COVID. Nous avons déjà plus ou moins deux mois de traitement à l’hydroxychloroquine. Qu’à cela ne tienne. Le secrétariat technique ainsi que la section de pharmacovigilance vont se réunir et présenter les observations que nous avons pu faire chez-nous », précise Dr Kayembe.

Selon lui, la RDC n’est pas le seul pays en Afrique à utiliser ce produit.  « Nous ne sommes pas seuls dans ce cas. L’Afrique, du nord au sud, recourt également à l’hydroxy chloroquine, suivant l’évolution du monde scientifique, en ayant surtout la tête froide et l’esprit tout à fait alerte pour pouvoir analyser, froidement, les données de la littérature », soutient-il.

L’OMS a annoncé lundi 25 mai la suspension, temporaire, des essais cliniques avec l’hydroxy chloroquine menés avec ses partenaires dans plusieurs pays. Cette décision a été prise à la suite de la publication d’une étude jugeant le traitement avec ce produit inefficace, voire néfaste, pour les personnes infectées de la COVID-19.

Lire :  La RDC et ses voisins renforcent les mécanismes de lutte contre Ebola

Notons que depuis le début de la propagation de cette pandémie, l’OMS s’est montrée sceptiqueà l’utilisation des produits non appouvés par les grandes firmes pharmaceutiques, c’est le cas du produit à base de plantes médicinales développé à Madagascar.

infocongo.net/Radio Okapi.net

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.