Le célèbre saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du Covid-19

Manu Dibango, saxophoniste et légende de l’afro-jazz, est décédé des suites du Covid-19 à 86 ans, ce mardi 24mars, a indiqué mardi à l’AFP Thierry Durepaire, gérant des éditions musicales de l’artiste camerounais.

L’auteur d’un des plus grands tubes planétaires de la musique world, “Soul Makossa” (1972), est la première célébrité mondiale à décéder des suites d’une contamination au coronavirus.
« Il est décédé au petit matin, dans un hôpital de la région parisienne », a indiqué M. Durepaire à l’AFP.

« Les obsèques auront lieu dans la stricte intimité familiale, et un hommage lui sera rendu ultérieurement dès que possible », peut-on lire sur la page Facebook de l’artiste, tenue par son entourage.

« Soul Makossa », le morceau qui l’a fait naître, a connu un étonnant destin. Ce n’était au départ que la face B d’un 45 tours dont le titre phare était un hymne pour l’équipe de foot du Cameroun à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations.

Repéré par des DJs new-yorkais, le titre a connu mille vies. Manu Dibango avait même accusé Michael Jackson de plagiat sur un morceau de l’album « Thriller ». Un accord financier avait finalement été trouvé.

Manu l’africain

Ses débuts dans la musique remontent vers les années 50 en France. Mais cet artiste de talent aura gardé de son vivant, une histoire d’amour avec la RDC.

Manu Dibango pose avec les artistes congolais Tabu Ley, Abeti Masikini, Izeydi et Verckys Kiamwangana

En 1960, alors qu’il était chef d’orchestre dans la boîte bruxelloise “Les Anges Noirs”, il fit la rencontre de Joseph Kabasele Tshamala, Grand Kallé. Ce dernier l’a alors engagé dans son orchestre Africa Jazz et s’en est suivi l’enregistrement des disques et la réalisation des tournées au Congo entre 1960 et 1963.

Lire :  Covid-19 : Dépistage porte à porte et obligatoire pour la Gombe

Le saxophoniste de génie a participé dans les chansons Croix Rouge et Waka Waka de Werrason. 

Manu Dibango a longuement collaboré aussi avec le pianiste congolais Ray Lema. Les deux étaient les invités d’honneur du Festival international de Jazz de Kinshasa, Jazzkiff en 2017.

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.