Dr Jean-Marie Kayembe : « Il n’existe aucun traitement garanti contre le Coronavirus »

Au moment où la pandémie du Coronavirus Covid-19 fait de plus en plus de victimes à travers le monde, les scientifiques étudient chaque jour des protocoles pour guérir les malades testés positifs de ce virus.

Des chercheurs congolais avaient préconisé la Chloroquine, les chinois et d’autres asiatiques l’ont expérimenté, les Etats-unis d’Amérique se positionnent en tête de liste pour sa production en masse, tandis que certains pays Européens hésitent encore.

Nous vous proposons cette intéressante interview que nos confrères de Top Congo Fm ont réalisée avec le professeur Jean-Marie Kayembe, Doyen de la Faculté de Médecine de l’Université de Kinshasa.

Y a-t-il un traitement efficace contre le coronavirus? Comment les médecins congolais le soignent-ils ? La chloroquine est-elle réellement efficace, peut-on la prendre en prophylaxie pour éviter le virus?

Le doyen de la Faculté de médecine de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) était l’Invité de la rédaction sur TOP CONGO FM. Le professeur Jean-Marie Kayembe a expliqué qu’il n’existe aucun traitement contre le Coronavirus. Mais, il y a des médicaments, dont la chloroquine, qui boostent et stimulent notamment l’immunité individuelle et qui peuvent permettre d’éliminer le virus de l’organisme”.

On sait comment on attrape le Coronavirus et on sait que l’on traite les symptômes. Il n’existe donc aucun traitement pour guérir?

Pour le traitement, il y a globalement deux volets: la prévention (le 1er et le plus important). Ce sont toutes ces mesures d’hygiène individuelles. Pour en guérir, comme pour la grippe, un traitement spécifique réellement contre le Coronavirus n’existe pas. Mais les scientifiques n’ont pas désarmé. Les essaies cliniques à travers le monde nous apportent de l’espoir. Quant à certains molécules qui, individuellement ou associés apportent quand-même une élimination du virus à l’organisme. Contre le virus, la bataille dure depuis très longtemps. La grippe, veux virus, contre laquelle quelques molécules semblent stabiliser la situation et empêcher la gravation. Le deuxième volet, c’est la gestion des complications au premier rang desquelles les complications respiratoires ou pulmonaires.

Quand on dit patient guéri, qu’est-ce que cela veut dire et quel est le traitement qu’on lui a prodigué ?

La guérison évolue avec l’évolue de l’épidémie et connaissance scientifique. Chez nous, à ce stade, la guérison veut dire que le patient est asymptomatique. Il n’a plus de fièvre, de toux ou des difficultés respiratoires qu’il avait au départ au bout de 10 à 14 jours de traitement.

Quel traitement ? Vous dites qu’il n’y en a pas. De quel traitement parlez-vous?

Les molécules qui tuent réellement le virus et qui l’anéantissent, nous n’en avons pas. Nous n’avons que les médicaments qui bloquent notamment la multiplication, la réplication et l’évolution du virus. Voilà pourquoi pour le Coronavirus vous avez appris que comment dans le monde entier un vieux médicament contre le paludisme, chloroquine, a été accueilli avec beaucoup d’enthousiasme qui booste notamment l’immunité individuelle. Les médicaments qui stimulent le système immunitaire peuvent permettre d’éliminer le virus de l’organisme.

Aujourd’hui, est-ce qu’on peut dire que la RDC peut faire face ?

Je vous avoue, de manière tout à fait claire, que la République prend à cœur ce souci. Les scientifiques ont à coeur cela. Nous avons réunions à l’INRB avec tous les médecins directeurs des hôpitaux sélectionnés afin de préparer, par une formation rapide, des outils qui peuvent nous permettre d’aller de l’avant. Notre système sanitaire est assez faible, mais ce n’est pas une raison pour baisser les bras. Mettons en avant la prévention.

Donc, principalement prévention, rien que prévention ?

Rien que prévention, non ! Mais, j’insiste sur la prévention 3 fois. Les scientifiques du monde entier n’ont pas baissé les bras.

En parlant des scientifiques, beaucoup cherchent à se procurer la chloroquine avant les symptômes et commencent à en prendre. Est-ce que c’est conseillé?

La prévention par la chloroquine n’est prouvée nulle part. C’est un médicament qui a énormément d’effets secondaires… au niveau des yeux, du cœur. Il n’est pas du tout recommandé nulle part de la prendre en prévention. On la laisse pour des personnes malades.

Barick Bwematelwa/Top Congo Fm

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.