5 ans de prison et  de travaux forcés pour l’ancien ministre de la Santé Oly Ilunga

La Cour de Cassation a condamné l’ancien ministre de la Santé publique Oly Ilunga, à  5 ans d’emprisonnement et 5 ans de privation de ses droits civiques, ce lundi 23 mars.

L’ancien médecin d’Etienne Tshisekedi est reconnu coupable de malversation financière dans la gestion des fonds alloués à la lutte contre l’épidémie à virus Ebola en RDC. La Cour de Cassation lui interdit également l’accès aux fonctions publiques, à une libération conditionnelle et à la réduction de sa peine durant son emprisonnement.

Pas de vote durant 5 ans

Dans les dispositions législatives actuelles, qu’il n’existe pas une loi fixant l’exécution des travaux forcés en RDC, Oly Ilunga purgera 5 ans en prison et ne pourra pas concourir à un vote quelconque pendant 5 ans au terme de sa peine.

C’est depuis le 14 septembre 2019 que l’ex-ministre de la santé a été arrêté juste quelques jours après sa démission du gouvernement Tshibala expédiant les affaires courantes. Auditionné par l’avocat général le 17 septembre sur un détournement de 4,3 millions USD mis à sa disposition par les partenaires pour lutter contre Ebola, il a été placé sous résidence surveillée et sous mandat d’arrêt provisoire et son dossier a été immédiatement envoyé en Chambre du conseil devant la Cour de cassation. Voilà qu’après six mois d’instruction judiciaire, Oly Ilunga vient d’être reconnu coupable de détournement de ces fonds.

A l’époque de son arrestation, ses avocats avaient fait savoir que sur les 4,3 millions USD supposés être détournés par leur client, plus de 1,9 millions de dollars américains de cette somme avaient été décaissés en un mois après la démission du Dr Ilunga de manière qu’il ne peut nullement en répondre. Et d’ajouter que pour le reste, soit 2,4 millions USD mis à la disposition du cabinet du ministre en 11 mois, les pièces comptables attestaient, selon eux, que cette somme a exclusivement été utilisée aux fins de la lutte contre la maladie à virus Ebola.

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.