Un hippopotame aperçu sur les berges du port de Ngwele à Kinshasa

Un officier de police judiciaire, le commandant Monama, a eu une rencontre surprise le mercredi 27 novembre, à 3 heures du matin, avec un énorme hippopotame au port frontalier d’accostage de Ngwele, dans la commune de Limete.

Le fameux incident s’est produit sur les berges de la rivière en crue. Alors que Monama tentait de se soulager dans les prés de la côte marécageuse et composant l’essentiel de la chaîne alimentaire du pachyderme, un bruit assourdissant attirait d’abord son attention.

Il a eu la surprise de tomber nez-à-nez avec une énorme masse parmi les hautes herbes à peine distinctive. C’était un mammifère très costaud, un hippopotame se trouvant non loin des habitations et des humains, s’est-il ressaisi.

Le policier interrompt son petit besoin pour aller rejoindre l’équipe des marins. Les barbouzes ont été conduits sur le lieu où l’animal est apparu pour pâturer. Ils s’émerveillent à observer cette espèce plutôt rare au niveau du port, a fait savoir le commandant Monama.

La source laisse entendre qu’au départ phénoménal, l’étrange mammifère a imposé aux gardiens du site frontalier l’idée de prendre position. Animal nocturne et visiblement pas peureux, l’hippopotame s’est approché des habitations, gagnées par l’avancée des eaux sortie du lit de la rivière.

“Par prudence, nous avons choisi de rebrousser chemins mais la créature impressionnante et aquatique à subitement opéré une brusque immersion tranquille dans les marécages avant de disparaître pour de bon”.

Toujours selon Monama, la crue poussée par le fleuve Congo, l’abondance de pousses verdoyantes sur les berges et l’effet des forces surnaturelles sont autant de raisons qui amènent ce genre de colosse à quitter son écosystème naturel et à s’approcher des humains.

Chaque année, au moins un hippopotame a toujours vaqué en liberté entre novembre et décembre sur les rivages de Ngwele. Des pêcheurs et des voyageurs nocturnes les ont déjà aperçus à plusieurs reprises. Et, tant que personne ne les embête, ils sont tout tranquilles que dans leur habitat naturel, a encore souligné Monama.

Ce, avant d’ajouter que ces hippopotames feraient partie des mascottes de certains riverains de Ngwele, rivière portant le nom de N’Djili dans sa partie d’amont qui prête son nom à la commune et à l’aéroport international situé dans l’Est de la ville-province de Kinshasa.

Raymond Befonda

Leave a Reply

Your email address will not be published.