Floribert Anzuluni dénonce l’instrumentalisation des congolais au tribalisme

Le coordonnateur du mouvement citoyen FILIMBI, Floribert Anzuluni, est arrivé depuis dimanche 10 novembre, à Kinshasa après 4 ans d’exil en France. A son arrivée, il a tenu une conférence de presse pour fixer l’opinion sur son retour après la chute du régime de Kabila.

En effet, il a souligné que la décrispation politique issue du nouveau régime incarné par Félix Tshisekedi l’a encouragé à regagner le pays pour continuer la lutte qui n’est pas encore achevé car il faut déboulonner le système Kabiliste en place : 

«  Nous allons très clairement continuer à mener différentes actions pacifiques et non violentes pour combattre et éradiquer ce système et toutes les actions qui vont dans ce sens, non seulement, nous les appuyons, nous les soutenons et nous allons conscientiser la population. C’est ça le défis aujourd’hui pour qu’elle comprenne que le véritable changement ne viendra que lorsque ce système sera déraciné par des maux de corruption, détournement, prise en otage d’une minorité, des violations des droits de l’homme. »

Sécurité assurée

Grâce aux acquis de l’accord de la Saint Sylvestre, le jeune activiste se dit blanchi : « officiellement, j’ai été blanchi depuis l’accord de la Saint Sylvestre qu’il était reconnu que je faisais partie des personnes victimes du régime de l’époque, et puis aujourd’hui le message est clair demandant aux exilés politiques de retourner au Congo, donc à priori, il ne devrait pas y avoir des problèmes. »

Appel à la jeunesse pour l’unité de la RDC

Le coordonnateur du mouvement citoyen FILIMBI, Floribert Anzuluni, a lancé un appel aux jeunes congolais à l’unité, afin de combattre les antivaleurs qui gangrènent le système politique congolais : « Nous devons à tout prix ne pas tomber dans le piège qui veulent maintenir le système et qui mettent en place des stratégies pour nous diviser. Aujourd’hui, nous devons rester unis. Que nous soyons unis de l’Est à l’Ouest, nous devons rester unis.

Nous ne devons pas tomber dans ce piège qui tente de nous faire croire que lorsque nous critiquons les autorités actuelles, lorsque nous critiquons Félix Tshisekedi par exemple, nous devenons directement anti-baluba, anti UDPS. Cette stratégie est montée de toutes pièces par des personnes qui ont réussi malheureusement jusque- là à nous fragiliser en nous divisant quelque peu mais nous devons combattre cette division- là, parce que l’objectif est le même, nous voulons tous que la situation change, que les conditions de vie soient améliorées. »

Il faut noter que l’accord de la St Sylvestre avait consacré la mise en place d’une commission des « Hauts Juges » pour tabler sur le cas des exilés politiques. Traité de « terroriste », Floribert Anzuluni a été accusé de préparer une insurrection contre les institutions et avait pris le chemin de l’exil après avoir échappé à l’arrestation musclée des militants Filimbi et ceux « y’en a marre », « Balai citoyen », le 15 mars 2015 dans la commune de Masina à Kinshasa.

Jacques Kalokola  

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.