La Fédération de tennis de table de la Tshopo en difficulté

La 19è édition du championnat national du tennis de table s’est clôturée le week-end dernier à Kinshasa au centre féminin maman Antoinette Mobutu à la 13è rue dans la commune de Limete. La province de la Tshopo a été mal représentée en n’alignant qu’un seul joueur, contrairement à d’autres qui en ont aligné plus de cinq.

L’une des médailles d’or a été remportée par un jeune de l’Ituri, formé à Kisangani. Le jeune boyomais a accusé beaucoup de failles par manque d’équipements adéquats, notamment des boules de tennis, filets aux normes olympiques, etc.

Fédération sans accessoires

Le Président provincial de la FTTC de la Tshopo, Raymond Badjoko, a reconnu que sa fédération était bénéficiaire de tous les équipements, mais elle n’a jamais retiré ces tables de tennis de table envoyées par le comité international olympique de cette discipline, il y a deux ans, faute de moyen de transport.

Tables de tennis de table de la Fédération de la Tshopo

En plus, les accessoires étaient retirés par l’ancien président de cette discipline dans la province mais ces tables traînent encore aussi par le désintéressement des autorités dont l’actuel gouverneur de la province de la Tshopo qui, contrairement aux nouvelles provinces démembrées comme le Maindombe, le Sankuru et autres, ne cesse de briller par une mauvaise volonté de couvrir certaines dépenses qui engagent sa province et qu’à chaque sollicitation, la réponse est sèche et répétitive : « Akuna franga », il n’y a pas de magot !

Parent pauvre…

Il faut dire qu’actuellement la province de la Tshopo compte parmi les provinces absentes de toutes les compétitions sportives sur le plan national, très loin de l’Equateur. Il faut noter aussi que c’est grâce au président national de la Fédération de tennis de table du Congo, FTTC, Mathieu Mwana Mbuta, que le seul pongiste et le secrétaire général ont fait le déplacement pour Kinshasa.

C’est ainsi que Raymond Badjoko lance un appel vibrant aux ressortissants de la Tshopo en général, et aux hommes de bonne volonté de pouvoir au moins faciliter le transport des tables de tennis qui traînent encore au siège de la Fédération dans la commune de Bandalungwa, à Kinshasa, pour Kisangani.

Se prononçant sur cette 19è édition, le président national a déclaré que cette compétition est placée sous le signe du renouveau, et que comme il y a désormais un fils maison à la tête des sports, aussi avec le programme qui est mis en place, il y aura un changement dans ce secteur.

Jean Willy Likunde

Leave a Reply

Your email address will not be published.