MECRE-Goma : Au moins 54OO épargnants dans la rue

Les épargnants des mutuelles d’épargnes et de crédits de Goma ont manifesté ce jeudi 17 octobre 2019 dans la ville pour attirer l’attention des autorités dans le dossier qui les oppose à la MECRE Goma en complicité avec la Banque centrale du Congo les privant  d’accéder à leurs épargnes depuis exactement trois ans.

La Banque centrale du Congo interpellée

« Si réellement la Banque centrale du Congo se souciait  des épargnants des MECRE et que ces promesses jusqu’aujourd’hui  n’ont pas été réalisées en faveur de ces victimes, cela prouve à suffisance que le pire est déjà à la porte, et les autorités doivent nous départager avant que ça dégénère », explique l’une des victimes.

Dans leur mémorandum les victimes pensent qu’on ne peut nullement croire à un détournement de leurs épargnes, mais plutôt d’une tentative de détournement, vu que les MECRE continuent à ouvrir leurs portes et leurs personnels administratifs continuent à exécuter les taches au quotidien, alors que la Banque centrale  du Congo avait créé il y a trois ans un comité d’administration provisoire, avançant comme argument que les MECRE étaient tombées en faillite et qu’en tant qu’autorité monétaire, elle devait sans tarder pendre la décision de protéger les épargnes des membres .

Les épargnants victimisés

Selon eux, plusieurs débiteurs des MECRE n’ont toujours pas accédé à leurs  hypothèques et  d’autres les ont déjà récupérées par arrangement avec le comité d’administration provisoire et tout cela contribue à la victimisation de tous les épargnants.

« Les autorités compétentes doivent s’impliquer, dans le cas contraire, au moins cinq mille quatre cent ménages et leurs dépendants se retrouveront soit aux cimetières, soit dans une extrême pauvreté », a déclaré une victime.

Parlant aux membres des MECRE-Goma dans une assemblée extraordinaire tenue le 17 avril à l’hôtel Cap Kivu, une délégation de la Banque centrale du Congo conduite par monsieur  Bope a rassuré plus de cinq cent membres épargnants présents, qu’après trois mois ils allaient accéder à leurs épargnes. Aujourd’hui nous sommes au trente sixième mois.

Amour Imani Christian

Leave a Reply

Your email address will not be published.