Crash d’un avion de la logistique présidentielle

Un appareil militaire de type Antonov 72, assurant la logistique présidentielle s’est crashé à Kasese, dans la province du Maniema, jeudi 10 octobre, provenant de Goma, à destination de Kinshasa.

Il devait assurer la liaison entre Goam et Kinshasa, où il était attendu jeudi 10 octobre à 16h43′, mais la tour de contrôle avait perdu tout contact radio 59 minutes après le décollage de l’aéronef.

A bord de l’appareil, il y avait des membres de l’équipe d’avance du Chef de l’Etat, le chauffeur principal du président, les gardes rapprochés, des agents de l’intendance et de la logistique et des membres du personnel de sécurité, ainsi que les véhicules de suite, dont le véhicule blindé du chef de l’Etat.

Le Directeur général de l’Aviation civile, avait dès jeudi soir émis un communiqué signalant la perte du signal dans les radars de «l’avion cargo de type Antonov 72 opéré par la force aérienne de la RDC assurant la logistique présidentielle ce jeudi 10 octobre 2019 ayant à son bord 4 membres d’équipage et 4 passagers civils et militaires parti de Goma à 13h32 temps universel a perdu contact avec le centre de contrôle en route (CCR) à 14H31 TU, soit 59 minutes après son décollage».

Avec une autonomie de 6h de route, l’Antonov 72 devait atterrir à Kinshasa à 16h43 TU aurait certainement pris une destination inconnue et la suite ne semblait plus rassurante ce jeudi, jusqu’à la confirmation du crash à Kasese, au Maniema.

«Depuis cette perte de contact, des réquisitions d’informations lancées à toutes les stations sur sa route n’ont donné aucune information sur sa localisation», avait signalé le Directeur général de l’Autorité de l’aviation civile, Jean Mpunga Tshiumba, aui avait dès lors alerté l’opinion : «des dispositions nécessaires sont en cours au niveau de l’opérateur pour engager les recherches le plus rapidement possible. L’opinion sera informée de la suite des investigations».

Lire :  La justice belge consent à rendre les restes de Patrice Lumumba

On a signalé par ailleurs du mauvais temps sur le routing emprunté par l’Antonov des FARDC. Des sources professionnelles affirment que le pilote a tenté d’éviter l’accident, mais les conditions météo exécrables n’ont pas permis d’éviter le pire.

Signalons qu’il y a quelques années,le gouvenement Gisenga avait interdit le survol du territoire national aux appareils du type Antonov, suite à un grand nombre d’accidents ayant impliqué ce type d’aéronef.

Leave a Reply

Your email address will not be published.