L’Asvoco dénonce un budget annuel équivalent à celui d’un club de football

Avec environ  4 milliards de dollars américains, le budget annuel de la RDC équivaut à celui de certains clubs de football en Europe, ce qui suscite l’irritation et l’indignation de certaines associations de défense des droits humains.

Ainsi, l’association des volontaires du Congo Asvoco interpelle  le président de la République Félix Tshisekedi sur la nécessité du respect des droits civils et politiques, sociaux et économiques de chaque congolais comme substrat majeur sur lequel doit s’appuyer son action de redressement du pays, comme il en avait fait mention dans son discours d’investiture.

Cette structure de défense des droits de l’homme, espère que le président aura une oreille attentive au respect des droits de l’homme comme gage de la réussite de l’action de tout pouvoir et prendra des décisions, des actions de recadrage et d’ajustement pour une meilleure amélioration du bien être pour tous.

L’Asvoco réaffirme son engagement à accompagner le président de la République par des démarches positives et constructives, dans cette noble et exaltante tâche de la défense et la promotion des droits de l’homme.

Un budget insultant pour les congolais

Selon le président de l’association des volontaires du Congo, Difina Tabu, un budget annuel de quatre milliards constitue une insulte à la République démocratique du Congo et la base des violations des droits sociaux et économiques des congolais. Les défis de l’amélioration des conditions de vie de la population congolaise imposent donc à l’actuel Premier ministre  de mettre en place  des nouvelles stratégies de mobilisation des recettes, afin de lui permettre de présenter un budget d’au moins cent milliards de dollars  à l’Assemblée nationale.

«le Premier ministre et le gouvernement qui sera nommé devront lutter contre la corruption et le détournement des recettes  publiques. Cette lutte devra être d’abord orientée vers tous les anciens dirigeants du pays, présumés auteurs de la corruption et du détournement des recettes publiques, et membres de la plateforme politique FCC qui ont dirigé le pays  pendant plus de dix huit ans, afin de les amener à restituer l’argent et les biens de l’Etat congolais, dans le but d’accompagner le premier ministre à mobiliser un budget  conséquent pour le redressement du pays et l’amélioration des conditions de vie de la population », déclare Dufina Tabu dans une lettre adressée au président Félix Tshisekedi.

Pour décourager les systèmes qui font la honte du pays, l’association des volontaires du Congo Asvoco sollicite l’ouverture d’une enquête au sujet de la destination du montant des frais de fonctionnement qui n’arrivent pas à destination, selon les bénéficiaires, pour les parquets militaires et civils de la République démocratique du Congo. Elle recommande à tous les congolais de prendre conscience afin de lutter ensemble contre la corruption, la concussion, le trafic d’influence et le culte de la personnalité.

Le front des Ongs contre le budget annuel

Une autre ONG qui est montée au créneeau pour dénoncer le budget annuel de la République, est la Licoco, qui a eu vent des prévisions budgétaires pour l’année 2020 issues du séminaire d’orientation budgétaire organisé par le ministère du Budget, du 2 au 4 juillet à Pullman Hôtel Kinshasa.

Dans les prévisions présentées par le ministre du Budget lors du séminaire d’orientation budgétaire, la Licoco, dans un communiqué, constate que les chiffres présentés violent les engagements du chef de l’Etat fait au peuple lors de la campagne électorale de 2018.

«Il sied de rappeler que lors de la campagne électorale de 2018 le chef de l’Etat avait promis de mobiliser 80 milliards de dollars pour les 5 prochaines années afin de financer son programme quinquennal et plus particulièrement la gratuité de l’éducation primaire et secondaire en RDC. Cela veut dire que chaque année, la RDC doit avoir un budget de plus au moins 16 milliards de dollars. Pour l’exercice budgétaire 2020, le ministère du Budget présente un budget en recettes de l’ordre de 10.284,8 milliards de FC et en dépenses de l’ordre de 15 153 4 milliards de FC soit 9,1 milliards de dollars US. En analysant la proposition budgétaire 2020, elle présente un gap négatif de l’ordre de 3 milliards de dollars US. Cela veut dire que le gouvernement doit emprunter 3 milliards de dollars US pour combler ce gap », explique cette ONG dans son communiqué signé par son secrétaire général, Ernest Mpararo.

La Licoco s’indigne aussi et dénonce

La Licoco estime que les prévisions budgétaires présentées par le ministre du Budget pour l’exercice 2020 « ne reflètent pas les engagements du chef de l’Etat pris lors de la campagne électorale 2018. » Selon, ces activistes de la Société civile, avec un budget de 6,2 milliards de dollars US, le chef de l’Etat aura mal à financer l’éducation gratuite, à réhabiliter les camps militaires, à financer les infrastructures, à améliorer les conditions de travail des fonctionnaires.

Ainsi, la Licoco propose au chef de l’Etat : De ne pas accepter la proposition de budget élaboré par le ministère du Budget; Elaborer une prévision budgétaire qui reflète vos engagements pris devant les Congolais à mobiliser annuellement 16 milliards de dollars U5 pour financer la gratuité de l’éducation, la réhabilitation des camps militaires et des policiers, financer les infrastructures.

Leave a Reply

Your email address will not be published.