Le député provincial jp Ngahangondi déplore le laxisme du gouvernement face au terrorisme à Beni

L’élu du territoire de Beni à l’hémicycle provincial  Jean Paul Ngahangondi qualifie l’attitude du pouvoir central face aux crimes contre  les citoyens congolais de Beni de « pire de l’histoire de la Rdc et d’une humiliation de l’Etat congolais à la face du monde ».

Il l’a ainsi exprimé ce mardi 07 août 2019, après l’incursion des hommes armés dont l’identité reste à découvrir, mais assimilés aux rebelles  ougandais de l’Adf, la nuit du lundi 6 au mardi 07 août 2019, dans le village kisima en secteur de Rwenzori, territoire de Beni.

C’est sur la route Beni-Kasindi, dans la province du Nord-Kivu, que les fait se sont déroulés. Cette incursion avait  enregistré deux morts, trois camions de marque Mercedes incendiés à côté de plusieurs personnes disparues, précise notre source, qui indique avoir enregistré une vingtaine d’otages parmi lesquels trois ont échappé à leurs ravisseurs.

Les assaillants étaient  lourdement armés, porteurs d’armes blanches et à feu. Ils seraient venus du Park national de Virunga, où ils se font porter en chefs coutumiers, il y a plus de vingt ans. Avant d’exécuter les civils, ces rebelles auraient procédé à un pillage systématique des biens de la population.

Pendant six heures, ces rebelles ont opéré sans se sentir inquiétés, moins encore gênés. «Cela est vrai, les égorgeurs ont fait l’incursion à Kisima entre 23h30 jusqu’à 3 heures. Comme un troupeau de vaches, ils étaient en très grand nombre, accompagnés de leurs enfants, femmes et hommes, ils ont pillé la quasi-totalité des boutiques, incendié un camion  de marque Mercedes en tuant deux personnes, dont un chauffeur et son aide. Ils ont emporté avec eux hommes et femmes», relate notre source qui condamne cette 3ème attaque dans moins de trois jours qui venaient de faire dix morts et une vingtaine de disparus.

Face à cette situation l’élu du territoire de Beni et activiste des droits humains fustige l’attitude des éléments Fardc dans les opérations dans cette région, devenus observateurs. D’ailleurs, suite à cette répétition d’attaques, la société civile du territoire de Beni prévoit un sit-in aux installations de la Monusco à Mavivi, pour demander leur part de responsabilité dans l’éradication de ce  phénomène. « Elle partira loin demander la source de leur mission », a renchéri un des acteurs de la société civile à infocongo.net

Azarias Mokonzi

Leave a Reply

Your email address will not be published.