Alfred Liyolo

Alfred Liyolo, dit « maître Liyolo », est décédé en Autriche, a annoncé le directeur Général de l’Académie des Beaux Arts Henry Kalama Akulez. Véritable ambassadeur de la culture congolaise, son talent l’a amené à exposer ses œuvres partout à travers le monde.

Une passion innée pour la sculpture

Petit fils d’un tailleur d’ivoire, Alfred Liyolo est né en 1943, et s’est très vite passionné pour les arts plastiques, principalement la sculpture sur bronze. Pour parfaire son art, il quittera très vite le Congo en 1963 pour aller parachever en Autriche une formation qu’il avait commencée à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa, en 1958. A l’académie des Beaux-arts de vienne, Liyolo s’applique et sort meilleur étudiant de sa promotion et obtient son diplôme d de maître, le Magister Artium. Sur place, il participe à diverses expositions, et laisse des chefs-d’œuvre dans les grand ‘places de la  capitale autrichienne. Il y participera aussi à de nombreux projets, comme la restauration de monuments.

Maitre Liyolo dans son atelier

De retour à Kinshasa en 1970, il partagera son savoir-faire en enseignant à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa. En 1991, il est nommé directeur général de cette institution, mais connaitra le malheur de voir ses ateliers et résidence pillés lors des tristement célèbres pillages de 1991 qui ont ravagé l’économie de la RDC.

La déception le poussera à regagner l’Autriche avec sa famille, où il dispensera des cours dans des écoles d’art et organisera aussi des expositions. Mais l’amour du pays natal le ramènera encore au Congo.

Ambassadeur de la culture congolaise

Maitre Liyolo est très prolifique : entre 1973 et 2002, il  expose dans les galeries les plus prestigieuses et les plus connues au monde, dont  Paris (Louvre), Nice, Tokyo (le seul artiste africain reçu par l’empereur du Japon), Séville (exposition universelle de 1992), New York (Art expo 93), Vienne, Lisbonne (Exposition Universelle 1998), Pékin, Bruxelles (2002), Dakar (Sénégal). Son dernier exploit en date, c’est sa sélection, grâce aux ” Deux sœurs ” (bronze), aux côtés de grands artistes mondiaux appelés à garnir le parc olympique de Pékin, lors des olympiades de 2008.

Lire :  Didi-Stone Olomide sur le tapis rouge du Festival de Cannes
La Place des artistes à Kinshasa, une oeuvre de Liyolo

Pour ses 45 ans de sculpture, le 23 novembre 2007, il avait transformé le salon Virunga de l’Hôtel Memling, en salle d’exposition pour le Vernissage de l’exposition ” Bronze Passion “.  Ceux qui l’ont côtoyé affirment que Liyolo est un inspirateur,  il transforme le bronze en réalité vivante. Son originalité réside dans le caractère à la fois traditionnel et contemporain de son art ».

Quelques œuvres en bronze de Liyolo avaient  été présentées à l’occasion de ce vernissage, dont « Le taureau « , «Le mirage du fleuve », « L’envol » , « L’attente », « La parente » , « La musicienne », …Son génie lui a permis d’allier les influences africaines et les formes modernes.

Leave a Reply

Your email address will not be published.