Pont Luilu

L’état de délabrement avancé du pont Luilu, dans la province de Lomami, sur la Route nationale numéro 1 (RN1) a contraint l’administrateur du territoire de Luilu, André Kazadi Manda, à prendre des mesures radicales. Depuis samedi 8 juin, la circulation des véhicules à gros tonnage et à dix roues est formellement interdite sur cet ouvrage d’art.

Un pont à risque

Cette décision s’explique par le non-respect du tonnage recommandé par les conducteurs de poids lourds, fragilisant davantage un pont déjà en danger de s’effondrer. M. Kazadi Manda a lui-même constaté l’état alarmant de l’infrastructure lors d’une visite sur place.

Des agents laxistes et un risque d’effondrement

Malgré la présence d’agents de la Commission nationale de prévention routière (CNPR) chargés de surveiller le pont, ces derniers ne semblent pas prendre au sérieux la situation. Ils continuent d’autoriser le passage de véhicules lourdement chargés, augmentant considérablement le risque d’un effondrement similaire à celui du pont Lubi.

Image d’illustration : Pont Lubilanji dans la province de Lomami (ph droits tiers)

Détournement obligatoire pour les gros porteurs

En attendant des travaux de réparation, une déviation a été mise en place pour les gros véhicules. Ils devront emprunter la route Luputa-Ngandajika en direction de Mbuji-Mayi. Les petits véhicules, quant à eux, sont autorisés à traverser le pont Luilu avec prudence.

Une solution temporaire pour un problème urgent

Cette mesure d’urgence vise à préserver la sécurité des usagers et à éviter une catastrophe. L’administrateur du territoire de Luilu appelle à une mobilisation des autorités compétentes pour une réhabilitation rapide du pont Luilu, infrastructure routière essentielle pour la région.

En attendant, les populations locales sont invitées à la prudence et au respect des consignes de sécurité. Lire aussi : RDC : Le pont Ndomba s’effondre sur la rivière Lubi, coupant la route entre Kabeya Kamuanga et Mbuji-Mayi – Infocongo

Lire :  Justice : Mike Mukebayi, le dernier des « détenus emblématiques » de Makala

Laisser une réponse