Festival Amani

La dixième édition du Festival Amani, initialement prévue en février puis reportée à juin, est finalement reprogrammée du 14 au 17 novembre 2024 à Goma. Ce nouveau report est dû à la situation sécuritaire volatile dans la région.

Un festival attendu malgré les défis

Malgré ce nouveau contretemps, les organisateurs du festival restent déterminés à offrir une expérience unique et enrichissante au public. “Cette édition sera l’occasion de poursuivre notre plaidoyer pour la paix dans la région des Grands Lacs à travers la culture, tout en mettant en avant le talent et la créativité des artistes congolais et internationaux“, peut-on lire dans le communiqué officiel.

Image d’illustration : Festival Amani édition 2022

Un programme riche et varié

En plus des concerts et spectacles habituels, le festival Amani proposera cette année un riche programme d’activités en marge de l’événement. Parmi celles-ci, on peut citer: un concours d’entrepreneuriat le 27 juin, un concours de blindtest de rumba congolaise le 21 juin, un concours de court-métrage mobile sur l’environnement, la sapologie, le volontariat et le respect du bien commun en juillet, mais aussi des rencontres professionnelles avec des artistes musiciens et danseurs invités en juillet et août, des cours scolaires en podcast et des divertissements musicaux pour les enfants et jeunes déplacés d’ici fin mai.

La communication des détails du programme complet du festival le 21 juin

Un message d’espoir

Le festival Amani est plus qu’un simple événement culturel. C’est aussi un symbole d’espoir et de résistance pour la population de Goma et de la région du Nord-Kivu, qui vit dans un contexte difficile marqué par les conflits et l’insécurité. En choisissant de maintenir l’organisation du festival malgré les obstacles, les organisateurs envoient un message fort de paix et de persévérance. Lire aussi : Goma : Festival Amani pour la promotion de la culture et de la paix à l’est de la RDC – Infocongo

Lire :  Accord de Luanda : à quelques heures de la fin du moratoire, le M23 campe toujours à Rutshuru